Un membre du gouvernement victime d’un bras de fer entre les faucons du CNDD-FDD.

Des conflits entre la ministre Immaculée Ndabaneze  et certains poids lourds du régime CNDD-FDD seraient à l’origine de sa destitution et son incarcération. Des agents des services secrets burundais et des employés de la présidence révèlent que la version faisant état de son implication dans la  vente de l’épave Air Craft serait un montage pour faire porter le chapeau à cette autorité.

Deux grands ténors du régime en place seraient dans la danse. Des sources proches du pouvoir font savoir qu’il s’agit du premier ministre CPG Alain Guillaume Bunyoni et le chef de cabinet civile à la présidence de la République du Burundi, le Général  Gabriel Nizigama surnommé « Tibia ».

En effet, l’avion AIR CRAFT dont la vente serait imputée à Immaculée Ndabaneze  avait été acheté par l’ancienne compagnie AIR BURUNDI sur crédit de la banque MERIDIAN BIAO  BANK BURUNDI. Des cadres de la présidence de la République du Burundi indiquent que cette épave était en panne depuis 2009 et couverte de bâches à l’aéroport de Bujumbura. Ces hauts fonctionnaires précisent également  qu’une somme d’ 1,5 milliards de francs burundais a été débloquée pour l’entretien de l’engin.

Avant la réalisation de la fusion entre les deux sociétés SOBUGEA et AIR BURUNDI récemment décidé par l’Etat du Burundi, les biens de l’entreprise AIR BURUNDI devaient être vendus afin de permettre à cette société publique d’être en ordre avec les actionnaires. C’est dans cette optique qu’une expertise a été faite en 2017 dans l’objectif d’estimer la valeur de ladite épave qui est finalement tombée à 450 mille dollars américains.

Avec la fusion AIR-BURUNDI –SOBUGEA, la commission en charge du projet  a transmis à cette époque le rapport à la ministre du commerce, transports, industrie et tourisme. A son tour, Immaculée Ndabaneze l’aurait présenté  au conseil des ministres pour validation.

C’est ainsi alors qu’un homme d’affaire sud-africain a promis d’acheter l’épave en donnant un montant de 50 mille dollars, en guise de manifestation d’intérêt. Les mêmes sources font savoir qu’afin de rembourser le crédit  qui avait été  octroyé pour l’achat de l’épave, ce montant  aurait été versé sur les comptes de la banque MERDIAN BIAO BANK BURUNDI.

Selon des sources proches du régime, des interrogations sur la  destination et le sort de cet argent auraient été soulevées par pas mal de personnes. Il s’en suivra donc la destitution de la ministre Ndabaneze.

D’après  donc ces sources, la ministre Immaculée Ndabaneze aurait été victime de la course d’influence entre les deux hautes autorités du pays, à savoir le premier ministre Alain Guillaume Bunyoni et le Général  Gabriel Nizigama. Ce qui serait d’ailleurs à l’origine de la destitution spontanée d’Immaculée Ndabaneze, suivie de sa détention  pendant 24 heures  aux cachots du service national des renseignements avant d’être libérée.