Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Persécution des membres des partis politiques de l’opposition en commune Kabarore

Les membres des partis politiques de l’opposition en commune Kabarore de la province Kayanza continuent à être persécutés par les membres du parti au pouvoir le CNDD FDD. Ils sont menacés d’être tués s’ils n’adhèrent pas au parti au pouvoir. L’annonce a été faite ce dimanche dans une réunion qui a été tenue sur la colline.

Cette réunion a été tenue ce dimanche sur la colline Mugongo de la zone Kabarore en province Kayanza. La réunion était tenue en direction des habitants de cette colline et était dirigée par le directeur de l’école fondamentale de Mugongo,  Rémy Ngendakumana, et le chef des imbonerakure sur cette colline, Philippe Minani.

Parmi les propos qui ont été prononcés dans cette réunion, il y avait non seulement la promotion du développement communal mais également les menaces dirigées contre les membres du parti CNL qui ne veulent pas adhérer au parti CNDD- FDD selon ce témoignage. « La réunion s’est tenue depuis 13 heures sur la colline Mugongo. Etaient présents dans cette réunion les habitants de cette colline. On a parlé du développement collinaire. Mais, ils ont dit que pour arriver à ce développement il faudra chasser tous les membres du parti CNL. Le directeur Remy Ngendakumana a pris la parole et a dit qu’ils vont dresser la liste des membres du parti CNL qui se trouvent sur la colline et que celui qui ne veut pas adhérer au parti au pouvoir sera tué ».

C’est donc la peur panique au sein des membres du parti CNL suite aux propos de ce directeur de l’école f ondamentale de Mugongo, Remy Ngendakumana. Certains parmi ces fidèles d’Agathon Rwasa pensent déjà à fuir cette localité. « Il a également dit qu’on ne veut pas cohabiter avec les membres du parti CNL sur cette colline et que les responsables du parti  CNL sur cette colline qui ne voudront pas adhérer au CNDDD- FDD , que l’on va couper leurs têtes. Ces propos nous ont fait peur. Certains se sont faits inscrits sur les listes par peur d’être tués. Mais, il y a d’autres qui ont refusé. D’autres encore se préparent pour s’exiler ailleurs car ils ont dit qu’ils vont vérifier dans les ménages pour demander pourquoi ils ne se sont pas faits inscrire sur les listes », précise notre source.

La rédaction n’a pas pu joindre Remy Ngendakumana, directeur de l’école fondamentale Mugongo qui a été cité ainsi que Philippe Minani, le chef des imbonerakure sur cette colline.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 234 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech