Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Les partis politiques MSD et PPD- Girijambo plaident pour le maintien des sanctions de l’UE contre Gitega.

Les formations politiques MSD et PPD –GIRIJAMBO lancent un appel à l’Union Européenne de maintenir les sanctions contre Gitega. Dans une correspondance adressée à cette communauté, les deux partis politiques avancent la persistance de la violation grave des droits humains au Burundi, comme cela apparait dans le rapport de l’ONG  « Initiative pour les droits humains au Burundi ».

Dans une correspondance adressée au  Haut Représentant de l’Union Européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité à Bruxelles, les partis politiques  PPD-Girijambo et MSD demandent à l’Union Européenne de maintenir les sanctions   économiques contre le Burundi.

Lesdits partis indiquent que la situation du Burundi est suffisamment bien documentée sur le désastre humain qui y perdure. En témoigne le dernier rapport de « l’Initiative pour les droits humains au Burundi » sorti ce mois de novembre 2021.

Le régime du CNDD-FDD a foulé aux pieds l’Accord d’Arusha qui avait été soutenue par la Communauté internationale et notamment par l’Union européenne alors que ce pacte de paix entre Burundais avait mis fin à la guerre qui a duré une décennie, argumentent les deux formations politiques.

Pour ainsi éviter la reprise de la guerre civile consécutive à la tragédie en cours depuis 2015, les Nations unies et l’Union africaine ont pris des initiatives pour susciter le dialogue entre les acteurs politiques.  Mais, elles ont toutes été sabotées par le régime, déplorent les signataires de la correspondance.

Selon les partis MSD ET PPD-GIRIJAMBO, les gouvernements allemand et belge ont gelé leur aide bilatérale tout en préconisant l’arrêt par l’Union européenne de toute aide économique au Burundi. Ils ont exigé des négociations entre le gouvernement burundais et son opposition politique ainsi que son opposition armée, ligne qu’ils ont défendue jusqu’à la tenue des élections en 2005.  Ainsi donc, les négociations d’Arusha ont pu avoir lieu et aboutir, non pas nécessairement parce que la région s’était engagée en premier ni parce que les rebelles du CNDD-FDD et du Palipehutu-FNL étaient très actifs sur le terrain, mais bien surtout parce que les sanctions économiques prises par l’Union européenne en collaboration avec les Etats-Unis ont forcé le gouvernement de Pierre Buyoya à négocier.

L’exemple cité dans la correspondance  est celui de la RDC où c’est  la pression des sanctions de l’Union européenne et des Etats-Unis qui ont contraint le Président Joseph Kabila à céder le pouvoir. Toutefois, la mauvaise volonté et l’incapacité du Président Ndayishimiye à résoudre la crise burundaise se répercutent sur la sécurité du Sud-Kivu en RDC qui est liée à celle du Burundi, dénoncent  ces politiques  Léonidas HATUNGIMANA, président du parti PPD-Girijambo et Alexis SINDUHIJE, président du parti MSD, tous signataires de ladite correspondance.

C’est dans ce sens alors que les partis PPD-Girijambo et MSD exhortent l’Union Européenne à maintenir les sanctions sur le gouvernement burundais comme une solution efficace de le contraindre à dialoguer.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 137 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech