Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Le Burundi devrait honneur et dignité à ses troupes envoyées en RDC

 Le Burundi devrait honneur et dignité à ses troupes envoyées en RDC

Les conditions inhumaines dans lesquelles sont détenus les militaires burundais rapatriés du Nord-kivu  où ils étaient envoyés combattre le M23 aux côtés de l’armée congolaise, sont déplorables. Pour Gratien Rukindikiza, ancien officier de l’armée burundaise, le gouvernement devrait rendre les honneurs qu’il  doit aux  militaires encore en vie ou à ceux qui sont déjà décédés  dans  ces combats en RDC.

« Les militaires ont le droit de décider d’abandonner la bataille s’ils jugent que cette guerre n’est pas faite pour les intérêts de leur pays ou encore s’ils n’ont pas été communiqués des raisons de la bataille », explique Gratien Rukindikiza. Pour le cas récent des centaines de militaires qui étaient en RDC et qui ont choisi de retourner au Burundi, l’ancien officier de l’armée burundaise précise que ces militaires envoyés se battre aux côtés des forces armées congolaises avec les milices Wazalendo et les FDLR,  ont eu des problèmes car ils ont perdu beaucoup de militaires ainsi que leurs positions . Pratiquement, « je peux dire qu’ils ont perdu la bataille. Donc, ils se sont repliés, ils ont abandonné la guerre parce qu’ils sont rentrés au Burundi.»

Selon lui, en principe les militaires ne doivent pas abandonner la bataille parce que ce sont des ordres reçus. « Mais, les militaires peuvent juger que l’ordre reçu ou la bataille n’en vaut pas la peine, que finalement ce n’était pas pour les intérêts du pays, donc qu’ils ne vont pas mourir pour ça. Pour moi, ils ont le droit de laisser tomber cette bataille et de rentrer. C’est déjà arrivé dans le passé, ça arrive, ça va arriver aussi dans l’avenir », Souligne-t-il.

Gratien Rukindikiza  déplore aussi la maltraitance que ces militaires subissent depuis leur retour au Burundi, vu qu’ils ont été incarcérés dépouillés de leurs uniformes.  Pour lui, avant de les mettre en détention, ces militaires devraient être écoutés par leurs chefs hiérarchiques afin que ces derniers puissent prendre de bonnes décisions car selon lui, ce n’est pas la première fois qu’une armée perde une guerre. « En tant qu’ancien officier militaire, je suis vraiment sensible à cette situation parce que ces militaires étaient partis se battre, ils n’ont pas refusé les ordres de se battre, mais ils n’avaient pas beaucoup de moyens, ils ont été trahi par les gens qui devaient se battre à leurs côtés, donc c’est normal qu’ils rentrent. Mais, cette façon de les traiter  est inhumaine car dans une armée les gens doivent être solidaires. »

Pour lui, les gens qui les traitent ainsi ne se sont pas mis à leur place,  comment auraient-ils pu réagir « s’ils avaient perdu autant de militaires, s’ils avaient enduré tant de trahison, tant de peines dans les montagnes de la RDC ». En même temps, c’est une façon, trouve l’ancien officier, de décourager les autres militaires qui se voient sans valeur. 

A propos des militaires décédés au cours de ces combats en RDC, Gratien Rukindikiza souligne que le gouvernement burundais ne devrait pas cacher leur identité, mais plutôt qu’il devrait rapatrier leurs corps, le communiquer à leurs familles et les ensevelir dignement car ces militaires sont morts en se sacrifiant pour le pays. « En général quand les militaires meurent au cours de la bataille et même si les cadavres restent du côté de  l’ennemi, on doit faire tout en passant par la croix rouge ou autre, pour récupérer les cadavres, parce que les familles ont le droit d’enterrer les leurs », martèle cet ancien officier de l’armée burundaise, qui souligne que le Burundi a le devoir de récupérer les cadavres pour les enterrer quel que ce soit le motif de cette guerre, la guerre qu’elle soit clandestine ou secrète, un militaire reste un militaire.  

Puisque un militaire est quelqu’un qui défend le pays, le pays doit le défendre aussi, le pays doit faire tout pour son honneur, donc le pays doit tout faire et récupérer les cadavres de son armée. « La situation actuelle laisse au niveau de la sous-région  une image d’un pays qui a  une armée qui n’est pas respectée par les dirigeants, une armée qui ne sait  pas se battre et aussi une armée qui est trahie par leurs dirigeants. Ce n’est pas une bonne chose. » Conclut Gratien Rukindikiza.

 

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 171 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech