Huit blessés dans des affrontements entre les membres des partis Cndd-Fdd et CNL à Vumbi

Huit militants du parti CNL ont été grièvement blessés par des Imbonerakure l’après-midi de ce mercredi.Cela s’est passé en commune Vumbi

dans une attaque que ces Imbonerakure ont mené sur des militants du parti CNLde retour de leur réunion de préparation de la campagne.

Les noms de ces membres du parti CNL violemment agressés par les Imbonerakure sont les suivants : Etienne Nsabimana, Amédée Nsekerabandya, Mpawenayo, Vyagowe, Ismael Macumi, Astère Butoyi et Karenzo. Ils sont originaires des collines Rurambi, Nyagatovu, Nyamivuma, de la zone Bukuba, commune Vumbi en province Kirundo.

 Ces militants du parti Cnl venaient de la permanence de leur parti située sur la colline Burima dans une réunion consacrée à la préparation de la prochaine campagne électorale. Arrivée sur la colline Burarana voisine de la colline Gasura vers 16 heures, ils ont rencontré un groupe de jeunes Imbonerakure des collines Burarana et Matyazo armés de machettes et gourdins. Ces derniers se sont aussitôt rués à ces membres du parti CNL et les ont été grièvement blessés, les autres sérieusement battus. Deux d’entre ces militants du parti CNL, Etienne Nsabimana et Ismaël Macumi ont été retrouvé dans la matinée de ce jeudi en état critique dans la brousse située entre les collines Matyazo et Burarana. Ces Imbonerakure leur croyaient morts. Les victimes de cette attaque sont en train d’être soignées dans différentes structures de soins de la commune Vumbi. Les agresseurs sont notamment Emmanuel Mpabonye, Kengu Miburo, Jean-Paul Havyarimana, Venant Ndayishimiye, Sylvestre, Ruvuri, Egide, Kadafi, Joseph, Maneko, Shakiye, Gifobogo, Mouhamed, Ntambara, Ndururutse, Higereje, et un certain Safari. Tous ces Imbonerakure jouissent de leur liberté et ne sont pas inquiétés.

Pourtant, les autorités administratives et policières en communes Vumbi sont au courant du forfait, déplorent la population qui dénonce la recrudescence de la persécution contre les membres des partis de l’opposition surtout ceux du parti CNL en province Kirundo.

La rédaction de la RPA a contacté Jean-Baptiste Kwizera, administrateur de la commune Vumbi, de même que le chef de poste de la police, mais ils n’ont pas décroché leurs téléphones portables