Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

A trois jours des campagnes électorales, l’intolérance monte déjà d’un cran

L’intolérance politique est devenu monnaie courante dans différentes provinces du pays au cours de cette période électorale. Dans les provinces Ngozi et Cibitoke les membres des partis de l’opposition sont torturés et emprisonnés à cause de leur appartenance politique.

Certaines des victimes pointent du doigt les Imbonerakure et certains administratifs de prendre le devant dans ces actes.

 

Depuis le début de la campagne pour les élections du 20 mai, la torture des membres des partis de l’opposition est devenue de plus en plus fréquente.

 

Ce mercredi, douze membres du parti CNL ont été arrêtés en commune Ruhororo par Mamerthe Birukundi, l’administrateur de cette commune, en compagnie de Ferdinand surnommé Gafuni, chef de poste de police de cette commune. Ces membres du parti CNL ont été vite conduits au cachot de la commune Ruhororo sans être informé du motif de leur arrestation. Parmi ces membres emprisonnés figurent Félicien, Evariste, Femi ainsi que leurs amis.

 

Nos sources de la commune Ruhororo indiquent que c’est une chasse qui vise l’arrestation de tous les responsables du parti CNL de cette commune afin de les empêcher d’enseigner les projets de ce parti.

 

Une pareille situation s’est également produite sur la colline Myando en commune Tangara et sur la colline Sabunsa en commune Gashikanwa toutes deux de la province Ngozi. A ces deux endroits, les membres du parti CNL ont été emprisonnés à leur retour de la campagne de leur parti. Les responsables du parti CNL ont essayé de plaider en faveur de leur libération mais en vain. 

 

En commune Buganda de la province Cibitoke, un nommé Kiyoro Célestin et son ami, tous membre du parti CNL, ont été sévèrement battu par un groupe d’Imbonerakure parmi lesquels Faustin Ndihokubwayo, Nduwayo et Noé pour avoir tenu une conversation au passage de ces Imbonerakure. Mais, la population de cette localité affirme que ces militants du parti CNL ont été victimes de leur appartenance politique. Par ailleurs, une femme du parti CNL qui est venue pour calmer la situation a été également frappée par ces Imbonerakure jusqu’à déchirer ces habits.

 

Dans cette même province de Cibitoke, la femme du Général Silas Ntigurigwa a menacé les membres du parti CNL de voter pour le Cndd-Fdd à défaut de quoi ils vont le regretter fort. Certains ont reçu des appels téléphoniques avec le même message.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 144 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech