Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Rigueur ou démagogie du pouvoir Ndayishimiye ? Plus d’un s’interrogent

Aucun burundais n’a le droit d’user de son pouvoir pour monopoliser la richesse du pays ou la gaspiller comme bon lui semble. Le numéro 1 burundais a également fait savoir que des sanctions sévères seront désormais infligées à toute personne qui sera reconnue coupable d’un tel délit.

Ce petit extrait est tiré du discours prononcé par le président Ndayishmiye le samedi 21 novembre à Karusi. C’était lors de la clôture de la semaine dédiée aux combattants. ‘’Soyons tous vigilants pour que personne ne touche à notre richesse. Il y a ceux qui disent que la richesse du pays leur appartient mais c’est faux car la richesse du pays nous appartient tous!!! C’est pour cette raison que je voulais annoncer aux fonctionnaires de l’Etat que quiconque sera attrapé en train de voler ou en train de solliciter un pot de vin, tout comme celui qui gaspillera les biens de l’Etat, il sera définitivement rayé de la fonction publique.’’ A menacé l’actuel président burundais.

Evariste Ndayishimiye ne s’est pas arrêté là. Selon lui, les noms de ceux qu’il a appelé des traîtres vont être affichés partout afin d’être connus de tous. ‘’Je vais vous dire une chose : quand j’entends parler de quelqu’un qui gère mal les biens publics, je demande son nom et je le mentionne quelque part. Ensuite, ce nom sera affiché afin qu’il soit connu de tous et que par conséquent il ne puisse plus exercer des fonctions dans ce pays. Dans le temps, un traitre était spolié de tous ses biens et contraint à l’exile car il n’était plus digne d’être appelé fils ou fille du pays. Pour ce, je vous assure que celui qui sera accusé d’avoir volé la richesse du pays sera spolié de tous ses biens afin que l’argent volé retourne dans les caisses de l’Etat. Cela pourrait décourager ceux qui ont pris l’habitude de voler pour après jouir de leur butin une fois leur peine purgée. Celui qui trahira le peuple burundais ne sera pas mon compagnon, je le mettrai à l’écart.’’ A conclu le numéro un burundais.

Mais pourra-t-il mettre en exécution ce beau discours ? Certains politiques répondent par la négative. Pour Léonard Nyangoma, il s’agit purement et simplement d’un discours propagandiste visant à endormir les burundais. ‘’Nous avons l’habitude de ce genre de discours. Juste après la formation de son gouvernement, il avait exigé à tout fonctionnaire membre des institutions de déclarer ses avoirs à la cours suprême. Mais il s’est vite rétracté. Donc, je ne vois pas comment il va s’attaquer à tous ces généraux qui ont amassé des fortunes colossales, même si c’est l’argent du contribuable. S’il veut combattre la corruption, il devrait d’abord s’attaquer aux gros poissons qui sont ses proches collaborateurs. S’il commence par le sommet, à la base, la corruption va s’éteindre d’elle-même.’’ Explique Léonard Nyangoma qui conclut que, finalement, ce discours n’est qu’un somnifère qui n’a qu’un seul but d’endormir les burundais.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 258 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech