Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Les militaires retraités de 2019 demandent la régularisation de la pension

Les retraités de l’armée burundaise de l’année 2019 qui n’ont pas encore eu leurs pensions de l’INSS demandent d’être régularisés. Certains d’entre eux disent qu’ils se sont rendus plusieurs fois au siège de l’INSS à Bujumbura pour demander la situation mais sans succès.

Ces militaires en retraite sont composés par des hommes de troupes, des sous-officiers et des officiers.

Certains d’entre eux devaient partir en retraite en 2018 mais ils ont eu une année de prolongation. Depuis décembre 2019 jusqu’aujourd’hui, ils n’ont pas encore reçu leurs pensions.

Celui-ci de la catégorie des hommes de rang indique qu’il s’est déjà rendu au siège de l’INSS mais sans succès. « Nous les militaires retraités depuis 2019 avons un problème avec l’INSS. Il y a de l’argent qu’on a cotisé quand on était encore en fonction qui allait nous aider au moment de la retraite. En principe, on devrait percevoir cet argent conçu comme salaire à la fin du mois de février mais nous ne savons pas où réside le problème. Si nous y allons pour demander, on nous dit toujours d’attendre ».

Ces militaires sont inquiets dans la mesure où il y a d’autres qui ont été régularisés. « Il y a ceux qui proviennent de Muyinga, Rutana et Makamba qui paient un ticket énorme lorsqu’ils vont faire des réclamations. Nous ne savons pas quoi faire. Nous sommes inquiets car il y a ceux qui ont été régularisés alors qu’on a servi un même patron. Cela fait déjà 7 mois. Nous demandons au gouvernement pour lequel nous avons presté de nous rétablir dans nos droits », précisent-ils.

A ce sujet, la rédaction a essayé de joindre par son téléphone fixe le général Emmanuel Miburo, Directeur Général de l’Institut national de sécurité social mais sans succès. Entre temps, une des autorités dudit institut qui a requis l’anonymat nous a signifié que les militaires en retraite non encore régularisés sont ceux qui ont des dossiers incomplets. Elle en appelle les concernés de saisir individuellement cet institut.                    

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 340 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech