Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Les burundais réfugiés au Rwanda crient au détournement de leur aide

Certains réfugiés de Kigali déplorent le fait qu’ils n’ont pas encore eu l’assistance promise par le HCR dans la période de confinement alors qu’ils se considèrent comme des vulnérables. Ces réfugiés appellent le ministère rwandais en charge des urgences à intervenir.

Ils sont au nombre de 6. Cris d’alarme, c’est l’objet de la correspondance qu’ils viennent d’adresser au ministère en charge des urgences au Rwanda. Ces réfugiés burundais estiment qu’il y a un flou dans la distribution d’une assistance particulière destinée à certains réfugiés urbains dans cette période de confinement liée au Covid-19.

Au nom du groupe, Fulgence Hasabumutima indique qu’ils ont décidé de s’adresser à ce ministère puisque les réponses du HCR et des représentants des réfugiés ne sont pas claires. « Le HCR a annoncé une aide. Il a annoncé aussi qu’il travaille en étroite collaboration avec la représentation des réfugiés. Mais lorsque nous nous adressons à cette représentation, elle nie catégoriquement toute implication dans la collaboration avec le HCR. C’est pourquoi alors ça nous a causé problème. Il y a des zones d’ombres. »

Lorsque nous l’avons contacté, le président du comité des réfugiés urbains Patrice Ntadohoka nous a répondu qu’il ne pouvait pas s’exprimer sur le dossier comme il n’avait pas encore reçu la correspondance en question. Du côté du HCR au Rwanda, sa porte-parole Elise Villechallane nous a précisé que la distribution de l’assistance pour le premier mois était presque à la fin et qu’il y aura d’autres tranches pour deux mois. Le retard enregistré, selon Elise Villechallane, est causé par les procédures de sélection des bénéficiaires et la création de leurs comptes bancaires. En ce qui concerne les grognes de certains réfugiés qui ne comprennent pas pourquoi les membres du comité sont parmi les bénéficiaires de cette assistance alors qu’elle est accordée aux plus vulnérables, la porte-parole du HCR explique que le fait d’être dans le comité des représentants des réfugiés ne signifie pas qu’on n’est pas vulnérable. Elise Villechalane indique que les sélections sont faites à partir des données des réfugiés dont dispose le HCR. Mais pour ceux qui pensent qu’ils ne sont pas assistés alors qu’ils le méritent, ils doivent contacter le HCR pour que ce dernier analyse chaque cas d’une manière individuelle, ajoute Elise Villechalane.

Mais, ces réfugiés burundais qui se sont adressés au ministère rwandais en charge des urgences estiment que leurs représentants et le HCR n’ont pas réussi à leur donner des réponses claires à leur préoccupation. « Nous espérons que le ministère qui a en charge les réfugiés va donner satisfaction à notre problématique parce que c’est le ministère qui sait où toquer, où poser la question, pourquoi ça ne va pas. C’est ce ministère en qui nous avons confiance. »

La correspondance des 6 réfugiés a été reçue par le ministère rwandais en charge des urgences et ces réfugiés attendent sa réaction.

L’assistance qui soulève des polémiques a été donnée au HCR par ses différents partenaires dont les Etats-Unis. Le Haut-Commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés au Rwanda indique que l’assistance est destinée à environ 7000 réfugiés urbains les plus vulnérables parmi les plus de 10 mille que comptent les différentes villes du Rwanda.

 

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 165 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech