Plaidoirie pour une délocalisation respectueuse des droits des élèves

La délocalisation des réfugiés du camp de Mtendeli vers le camp de Nduta  risque de  perturber les élèves en cours d’évaluation. Leurs parents et les représentants des réfugiés du camp de Mtendeli demandent que cette activité soit repoussée pour permettre à ces élèves de terminer les examens

Les examens de fin d’année des élèves ont débuté ce lundi dans le camp des réfugiés burundais de Mtendeli en Tanzanie. Le début des examens a commencé en même temps que  la vérification des réfugiés vivant dans ce camp. Une vérification qui précède  la délocalisation de ces réfugiés vers le camp de Nduta à partir du 26 de ce mois.  Ces élèves seront donc perturbés puisqu’ils seront obligés de suspendre les examens comme  l’explique  ce réfugié de Mtendeli. «En fait, le plus grand problème se trouve dans le secteur de l’éducation car,  c’est aujourd’hui que les élèves ont commencé les examens. Si la délocalisation commence la semaine prochaine, il y aura des élèves qui n’auront pas encore terminé les examens. En conséquence, tous les élèves ne commenceront pas l’année prochaine en même temps ».

Les enseignants du camp de Nduta affirment également que les difficultés seront nombreuses car rien n’a été prévu pour construire de nouvelles salles de classe. « Nous ne voyons pas exactement comment les choses vont évoluer dans le secteur de l’éducation.  On n’a pas construit de nouvelles salles de classe. Ils prévoient que les élèves qui viendront de Mtendeli vont partager les mêmes classes avec les autres », se plaint un éducateur.

Les parents d’élèves et la représentation des réfugiés dans le camp avaient pourtant  demandé que la délocalisation soit repoussée de quelques jours afin de permettre à leurs enfants de terminer les examens. Mais, ils n’ont jamais eu de réponse jusqu’à présent.