Manque de matériel scolaire et didactique à Gitega

Manque de manuels scolaires pour les élèves et enseignants des écoles fondamentales et post-fondamentales techniques de la province Gitega. Les conséquences se manifestent à la fois chez les élèves et chez les enseignants. Ils demandent conjointement au ministère de tutelle de leur fournir des livres.

Dans certaines écoles fondamentales et post-fondamentales de la province Gitega surtout celles éloignées de la ville, les livres sont insuffisants par rapport à l’effectif des élèves. Dans les écoles fondamentales, un seul livre est partagé par 4 élèves ou plus.

Cet élève de l’un des établissements scolaires de la province Gitega qui s’est entretenu avec la RPA dit qu’ils sont obligés de partager un seul livre à 6. « Nous n’avons aucun livre de mathématiques. Ceux de français, Kirundi, Swahili et anglais sont disponibles mais ils sont insuffisants car un seul livre est partagé par 6 élèves. Ce qui  ne facilite pas l’apprentissage surtout  pendant la lecture ».

Ce manque de livre est également observé au cycle post-fondamental. Un seul livre est partagé par trois élèves au minimum. Le pire s’observe dans les écoles techniques où ce manque de livre se manifeste à la fois chez les élèves et chez les enseignants. Un problème qui existe depuis le début de l’enseignement post-fondamental il y a à peu près 4 ans.

Cet enseignant des classes techniques indique qu’il est difficile de dispenser une même matière à tous les élèves dans la mesure où chaque enseignant se débrouille pour la préparation. Sur ce, il sollicite l’intervention du ministère de tutelle. « Pour l’enseignement technique, nous avons plus de 20 sections sans livre pour enseignant et pour élève. C’est un problème puisque les élèves ne peuvent pas avoir une même matière. En principe, ces livres devraient être distribués en 2015 avant le début de ce nouveau système. La première promotion a terminé l’année scolaire 2018-2019 mais elle n’a pas réussi les tests nationaux. Nous demandons au ministre de l’éducation de faire en sorte que ces manuels scolaires soient disponibles avant le début du 3ème trimestre pour que les élèves n’échouent pas comme l’année dernière », insiste cet enseignant.

Contactés à ce propos, Bernard Ndabahagamye, directeur de l’enseignement en province Gitega ainsi que Janvière Ndirahisha, ministre de l’éducation, de la formation technique et professionnelle, leurs téléphones sonnaient mais personne n’a décroché.