Les enseignants de Bujumbura redéployés à l’intérieur depuis deux ans demandent leur retour à Bujumbura.

Les enseignants de différentes écoles fondamentales de la mairie de Bujumbura demandent qu’ils soient  réaffectés à leurs anciennes  écoles comme promis par le ministère de tutelle. Redéployés dans d’autres provinces depuis déjà 2 ans, ces enseignants  disent éprouver de grandes difficultés à accomplir leur travail loin de leurs familles.

Avant d’être envoyé pour travailler à l’intérieur du pays, ces enseignants de la Mairie de Bujumbura avaient la promesse de revenir pour travailler à leurs différentes écoles fondamentales d’origine une fois que le ministère de l’éducation aura recruté des nouveaux enseignants pour ces écoles de l’intérieur.

Mais jusqu’à présent, rien n’a été fait pour ces enseignants alors que le dit ministère ne cesse de recruter comme témoigne cet enseignant. « Nous sommes des enseignants qui ont été envoyés travailler loin de nos familles. En plus, nous sommes âgés. Ils nous avaient dit qu’ils vont nous donner l’opportunité de retourner travailler en mairie de Bujumbura comme avant. Mais comme   au Burundi c’est l’injustice qui domine, ils ont refusé carrément de nous autoriser à retourner où nous travaillions avant. Nous demandons que vous plaidiez en notre faveur pour retourner tout près de nos familles.  Nous avons laissé des enfants. Ici nous payons trois milles francs burundais de déplacement par jour. Mais,  ils ne cessent de recruter des jeunes et sont engagés là où nous étions avant. C’est de l’injustice ».

Actuellement, ces enseignants font savoir qu’ils mènent une vie difficile car beaucoup ont dû louer deux maisons à cause de l’éloignement de leurs familles.  A cela s’ajoute l’insuffisance de leur salaire. Ce qui les pousse à demander au gouvernement de réagir à cette situation. « Même s’ils font comme s’ils ne comprennent pas notre situation, ils devraient vraiment changer et la corriger. Ils devraient vraiment réagir car à voir l’insuffisance de nos salaires, nous étions habitué à vivre proche de nos lieux de travail.  En plus, nous avons des enfants.  Ce qui nous pousse à louer d’autres maisons. A cela s’ajoute la ration journalière. C’est vraiment difficile.  Nous vous prions de nous aider pour que cela soit porter à la connaissance de tout le monde afin que les concernés fassent quelques choses », plaide un enseignant. 

Les sources de la RPA parmi ces enseignants indiquent que le gouvernement a déjà recruté deux fois au niveau national. Mais, il n’a rien fait pour ces anciens enseignants. A ce propos, la rédaction a essayé de contacter le ministre de l’éducation mais en vain.