Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

La récente mesure du ministre de l’éducation risque d’être contreproductive.

Le ministère de l’éducation nationale et de la recherche scientifique envisage suspendre au cours de l’année scolaire 2022-2023 toutes les classes montantes de l’enseignement fondamentales ne totalisant pas au moins 25 apprenants de même que les classes de  l’enseignement post-fondamental ne comptant pas au moins 20 élèves. Contenu de la correspondance du 11 juillet adressée à tous les directeurs provinciaux de l’éducation. La fédération nationale des syndicats du secteur de l’enseignement et de l’éducation, FENASEEB, trouve que l’application de ces mesures aura des retombées négatives.

 La correspondance numéro 610/CAB/5775/2022 que le ministre de l’éducation  nationale et de la recherche scientifique a adressée à tous les directeurs provinciaux de l’éducation a comme objet « Gestion rationnelle et efficiente  des  ressources matérielles et humaines des écoles ».

A travers cette correspondance, le ministre François HAVYARIMANA  invite les responsables provinciaux de l’éducation d’organiser  dans les meilleurs délais des réunions de concertation  avec les directeurs communaux de l’éducation pour une meilleure planification de la rentrée scolaire 2022-2023.

Il fait savoir que  toutes les classes montantes de l’enseignement fondamentales ne totalisant pas au moins 25 apprenants seront momentanément  suspendues pour réaffecter ces  élèves dans les écoles du même réseau scolaire. Il en sera de même pour les classes de l’enseignement post-fondamental ne comptant pas au moins 20 élèves. Selon le ministre François HAVYARIMANA,  les élèves concernés seront affectés dans les autres écoles organisant la même section  au sein de la même direction communale  de l’éducation.

Même si le ministre de l’éducation indique que cela permettra d’optimiser la gestion des ressources matérielles et humaines au sein des circonscriptions scolaires respectives, la fédération nationale des syndicats du secteur de l’enseignement et de l’éducation, FENASEEB, trouve que l’application de ces mesures aura des retombées négatives. Antoine MANUMA, président de la FENASEEB  s’est ainsi exprimé : « Au cas où la mesure est appliquée, les retombées négatives ne tarderont pas à se manifester tant du côté des apprenants que du côté des enseignants. On trouve que certaines sections sont ouvertes dans peu d’écoles au sein d’une commune scolaire. Au moment où ces classes de ces sections seront fermées, les élèves seront obligés de parcourir de longues distances pour parvenir aux nouvelles écoles d’affectation. La conséquence est entre autre la fatigue et la réduction des performances. Les enseignants qui dispensent des cours seront sensiblement affectés suite à la perte des heures prestées, la diminution du volume horaire ou la perte d’emploi selon le niveau ou le domaine de formation ».

La FENASEEB demande au ministre de l’éducation de suspendre cette  mesure et de privilégier le dialogue avec les partenaires sociaux pour parvenir à de meilleures décisions.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 115 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech