Deux promotions d’encadreurs réclament leurs émoluments à l’ENS

Les encadreurs recrutés pour la formation des stagiaires issus de l’Ecole Normale Supérieure, ENS en sigle, réclament leurs  honoraires. Certains d’entre eux  ont signé des contrats avec cet institut depuis  9 mois  mais  ils n’ont pas jusqu’ici perçu leur argent.

Ces enseignants sont regroupés en deux promotions. La première a encadré les stagiaires issus de l’Ecole Normale Supérieure en septembre 2020. Cette promotion de formateurs indique que depuis cette époque,  la direction générale de l’ENS  n’a pas honoré ses engagements. ‘’ Je fais partie des personnes qui ont eu la chance d’être sélectionnés dans le groupe des encadreurs chargés de former les stagiaires. Nous avons signé un contrat avec l’ENS  l’année dernière. Le contrat stipulait que chacun d’entre nous prestera 45 heures et chaque séance d’une heure était rémunérée à 5000 francs burundais. Depuis ce temps, personne n’a même reçu une pièce d’argent. Ces encadrements se sont déroulés sur tout le territoire du pays et nous ne sommes pas moins de 10 par province.’’ Témoigne l’’un d’entre eux.

Au mois de février de cette année, l’Ecole Normale Supérieure ENS a encore une fois lancé un autre appel d’offre et a ainsi recruté le deuxième groupe  d’encadreurs. Ces derniers font également savoir qu’ils n’ont pas non plus reçu leurs honoraires. Certains affirment même qu’ils ont presté en tant que formateurs dans les deux promotions.   

’Les honoraires de chaque encadrement étaient de 225.000 francs burundais par formateur. Cela veut dire que l’ENS à une dette de 450.000  francs burundais envers tout enseignant qui a été recruté deux fois. ‘’ Fait savoir ce formateur.

Ces enseignants demandent à la direction générale de tenir sa promesse et de les rémunérer comme convenu étant donné qu’ils ont laborieusement exécuté  leur part du contrat.

La rédaction de la RPA n’a pas encore pu joindre la  Directrice Générale  de l’Ecole Normale Supérieure ENS,  Dr Ir Noussra  Hassan.