Deux directeurs des écoles de Buhayira accusés de détournement.

Les deux directeurs de l’école fondamentale et du Lycée communale Buhayira situés en province Cibitoke sont accusés de détournement de fonds par les parents d’élèves fréquentant cette école.  Ces parents  ont contribué  pour la construction de nouvelles salles de classe. Mais après bientôt une année, les travaux sont presque au point mort.

Sylvestre SIBOMANA, directeur de l’école fondamentale Buhayira, et François HABONIMANA, directeur du Lycée communal Buhayira, sont les deux directeurs accusés d’avoir usé pour extorquer de l’argent aux parents.

En effet, chaque élève a été sommé de payer 15 000 francs burundais, un montant soi-disant destiné à ériger deux nouvelles salles de classe. De leur côté, les parents trouvent cela insensé surtout que ces 2 établissements comptent 1 600 élèves, ce qui fait un total de 24 millions de francs burundais. Pire encore, révèle notre source, depuis le début de l’année, seule une salle de classe a été construite mais n’a pas été achevée. Ce qui, selon les parents, prouve que ces directeurs ont initié ce projet dans le seul but de détourner l’argent. « De la 7ème année à la classe terminale de ce Lycée, il y a 210 élèves et de la 1ère année à la 6ème année fondamentale, le nombre d’élèves est de 1 445. Et tous ces élèves ont payé 15 000 francs chacun. Comme prétexte, ils nous ont dit que l’emplacement de l’école faisait que les élèves étaient tout le temps distraits, d’où ce souhait de les déplacer dans de nouvelles salles de classe. Mais, cet argument ne tient pas debout car les écoles construites par l’UNICEF sont très bien. C’était juste un moyen de détourner l’argent. La preuve en est que durant toute une année, ils n’ont pas pu terminer une seule salle de classe », s’indigne un parent.

Ainsi, ces parents ont beaucoup de doutes sur l’utilisation de cette somme d’argent collectée car les deux directions ont depuis refusé de donner un quelconque justificatif. « Nous avons compris que c’était un moyen de nous faire dépenser de l’argent, et nous avons demandé au comité des parents de suivre de près ce dossier. Mais à notre grand étonnement, tout le monde a été écarté de la gestion de ces fonds », indique un parent.  

La rédaction de la RPA n’a pas pu contacter les directeurs Sylvestre SIBOMANA et François HABONIMANA pour s’exprimer sur ces grognes et accusations des parents.