Un forum propose le partage des résultats et le pass santé de Covid- 19 au sein de l’EAC.

Les résultats des tests du COVID-19 devront dorénavant être partagés entre les Etats membres de la communauté Est Africaine et les laboratoires y accrédités seront identifiées. C’est du moins les conclusions d’un atelier qui a rassemblé ce 14 septembre les associations des compagnies aériennes œuvrant sur le continent africain et  organisé dans l’objectif de relancer le secteur de l’aviation dans le contexte du COVID-19.

Ce forum virtuel avait réuni ce 14 septembre 2021 des acteurs clés du secteur de l'aviation, des représentants des Communautés économiques régionales et organisations professionnelles. Le secrétaire général de l'EAC, le Dr Peter Mathuki a participé à cet atelier consolidé de l'Association africaine des compagnies aériennes délibérant sur la relance du secteur de l'aviation au milieu de la pandémie de COVID-19.

Le Secrétaire général a noté qu'il est urgent que l'Union africaine fournisse des lignes directrices ainsi qu’un cadre pour la reconnaissance à l'échelle continentale des certificats de vaccination et des tests négatifs à la COVID-19.

Peter Mathuki a appelé les compagnies aériennes à se faire entendre plus fort à ce sujet. Il a également indiqué que la communauté Est africaine a déjà commencé à travailler sur East African Community PASS dans la région qui permettra aux États partenaires de partager les résultats des tests COVID- 19 en identifiant tous les laboratoires accrédités dans chaque pays. Dr Peter Mathuki a aussi déclaré que de telles initiatives devront être adoptées au niveau continental.

Le Dr Mathuki a noté que la reprise à moyen et à long terme du secteur de l'aviation dépendra de la consolidation et de la coopération entre les compagnies aérienne et les entreprises associées à celles- ci pour assurer une transformation structurelle. La consolidation des compagnies aériennes en Afrique devrait donc étendre l'expertise technique, réduire les coûts d'exploitation et conduire à des rendements plus élevés. Pour le secrétaire général de l’EAC, cela permettra aux transporteurs africains de baisser leurs tarifs, d'augmenter leurs revenus et de récupérer les parts de marché.

S'exprimant lors du forum, Waturi Matu, conseiller technique principal du secteur privé auprès de l'EAC a, quant à lui, souligné les problèmes qui affligent le secteur de l'aviation africaine notamment ceux liés au niveau élevé des  frais, taxes et charges élevés, des coûts de financement et d'assurance ainsi qu’une faible connectivité intra-africaine.

Waturi Matu a exhorté les compagnies aériennes africaines à rechercher des accords de consolidation réduisant les coûts de maintenance et augmentant la connectivité intra-africaine pour renforcer la fiabilité et la sécurité opérationnelles.