Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Le dépistage de la Covid-19 accuse de manquements

Relâchement dans le  dépistage de la covid-19 en mairie de Bujumbura et dans différents coins du pays. Avant de passer le test, certains infirmiers exigent de savoir  les raisons de faire ce dépistage. Un dépistage qui est même refusé à certains. Les agents de santé  affectés dans le programme de lutte contre cette pandémie affirment que les statistiques officielles ne reflètent pas la réalité.

Le dépistage de la covid-19 ne se déroule pas convenablement dans différents centres de dépistage. Certains agents de l’équipe de dépistage indiquent que cela est dû au manque de sensibilisation de la population d’une part et à des questions posées à ceux qui se faire dépister afin de montrer les signes qu’ils présentent d’autre part. Pourtant, les mêmes agents indiquent que la Covid-19  de type delta ne manifeste pas ses symptômes rapidement. A côté de cela s’ajoute le manque des réactifs qui sont indispensables dans cette activité de dépistage comme témoigne ce médecin. «Dans la capitale,  on ne fait pas de tests car il n’y a pas de sensibilisation. En plus,  on dépiste ceux qui ont des signes. sEn plus,  même ceux  qui se rendent au Bon Accueil on leur demande  de montrer les signes qui les poussent à se faire dépister. Donc,  quand tu n’as  pas de signes de la covid-19 ils te renvoient à la maison pour revenir après avoirs des signes. Par exemple,  la Covid de  type Delta ne manifeste  pas de symptômes  facilement. Actuellement, même celui qui a de la grippe se rend vite à la pharmacie à  cause de la peur. Pire encore,  le manque de  réactifs se remarque souvent ». 

Certains agents du ministère de la santé chargé du dépistage au niveau national indiquent que  même les chiffres publiés par le dit ministère ne sont pas du tout conformes  à la réalité surtout ceux des provinces de l’intérieur du pays proches des frontières. « Même  le ministère de la santé publique est au courant de chiffres réels des cas positifs. Ils sont nombreux. Le dit  ministère les modifie  simplement avant de les publier. Nos rapports montrent  bien que dans les  provinces comme Ngozi,  Kayanza et toutes les autres proches des frontières, la situation est critique », poursuit notre source.   

Dans les districts sanitaires du nord du pays dont Kirundo et Ngozi, l’effectif des cas positifs continue d’augmenter.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 234 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech