Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

La carence des réactifs pour les tests de covid-19 sabote les voyages des requérants et accentue le risque de contamination

Le manque des réactifs pour les tests du coronavirus  se généralise  petit à petit dans différents centres de dépistage. La plupart de ceux qui sont dépistés ne reçoivent actuellement les résultats qu’après une semaine.  Ce qui se répercute sur les planifications des voyageurs. Certains les ont même déjà ratés.

Depuis plus d’une semaine, différents centres de dépistage  du corona virus  manquent de  réactifs. A l’hôpital Roi Khaled, ils ont même été obligé de renvoyer tous ceux qui voulaient faire le test de Covid-19.

Au centre de dépistage de la zone Bwiza, au Bon accueil,  tous les gens qui y étaient ce mardi 22 et mercredi 23 avril n’ont pas elles aussi été dépistées faute de réactifs. Même chose au centre  de Ruziba. Depuis ce 22 avril, cette activité a été suspendue à cause du manque des réactifs. ‘’ Pour le moment, ce problème s’est  empiré. Même dans les autres  centres de dépistage  qui restent,  ils vont épuiser leur stock d’un moment à l’autre. Ils ont déjà commencé à  exiger  aux gens de payer  la consultation ‘’, a alerté un habitant de Ruziba.   

A cause de la pénurie de réactifs, les tests de contrôle des malades sont ajournés  dans différents coins du pays. Selon le Dr Thaddée Ndikumana, ministre de la santé publique et de la lutte contre le Sida,  le Burundi a besoin de plus de 49 millions de dollars américains pour faire face à cette pandémie les 6 prochains mois.

Les conséquences de cette carrence commencent à se manifester. 

Le cas le plus illustratif est celui des personnes qui ont dû annuler leurs  voyages  à cause du retard des résultats des  tests de Covid-19. ‘’ Il arrive souvent pour les voyageurs de rater leur voyage à cause du retard des résultats de leurs  tests. Ces cas se  sont observés Au Bon Accueil, de même qu’a L’ETS Kamenge. L’un était l’employé à l’OIM qui  allait voyager  pour participer à  une réunion. L’autre voulait se rendre au Kenya pour voir son patient qui était hospitalisé là-bas. Mais cela n’a pas été possible pour lui,  on a même perdu son échantillon et ils l’ont testé à nouveau ‘’, a témoigné un des membres de l’équipe chargé du dépistage.

Actuellement, les personnes qui vont faire les tests à Bujumbura  reçoivent les résultats sept jours après. Cette situation accentue non seulement la contamination, mais aussi la gravité du virus pour les cas positifs.

Nous avons essayé de joindre Thaddée Ndikumana le ministre de la santé publique et Jean Bosco Girukwishaka,  le  porte-parole dudit ministère  mais en vain.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 250 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech