Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Spéculation des commerçants à la base de la pénurie d’engrais à Gihanga.

L’engrais FOMI manque en commune Gihanga de la province Bubanza. Une fois disponible, cet engrais se vend à un prix cher. Les agriculteurs et surtout les riziculteurs de cette commune indiquent que  la cette carence d’engrais  est due à la spéculation de certains commerçants.

En principe, un sac d’engrais coûte entre 26 et 27 mille francs. Cet engrais que les riziculteurs utilisent à Gihanga est le produit de l’entreprise FOMI. Selon les informations que nous détenons des agriculteurs, les agriculteurs payent une avance de 5000 francs par sac pour pouvoir être servi le moment venu au début de la saison culturale A.

Chaque agriculteur est autorisé à acheter 25 sacs au maximum et paie une avance de 5 mille francs pour chaque sac et reçoit en retour un reçu qu’il présentera pour compléter la paye  quelques jours avant l’arrivée de l’engrais. Cette opération est autorisée uniquement pour les agriculteurs.

Selon notre source, lorsque le moment de distribution de l’engrais approche, ceux qui avaient payé l’avance payent le reste pour pouvoir récupérer les jetons. Un jeton par sac d’engrais. Ce qui cause donc la carence de l’engrais c’est qu’il y a des agriculteurs qui manquent de moyens pour compléter le paiement. Dans ce cas, des commerçants qui ont des moyens font des lobbyings et remplacent ces derniers et payent la totalité pour récupérer ces jetons. Mais au lieu de mettre cet engrais sur le marché, ces commerçants le cachent pour le vendre ultérieurement aux prix exorbitants.

Puisque cet engrais n’est donc pas servi au sein de la population, cela provoque la carence au sein des agriculteurs. Ces commerçants profitent alors de cette carence, qu’ils ont eux-mêmes causée, pour vendre le sac à 75 mille francs alors que le prix officiel est de 26 mille francs.

Cela étant, cette situation énerve les agriculteurs car, selon eux, l'engrais est donné à ceux qui ne pratiquent pas l'agriculture alors que par exemple le riz est en train de pourrir dans les champs. 

Pour le moment, poursuit notre source, on a pris la décision de distribuer l’engrais en présence de l’administrateur. Cependant, notre source indique que cela ne résout rien car ces commerçants adopteront eux aussi un système d’envoyer d’autres personnes pour les représenter.

Ils demandent aux autorités en charge de l’agriculture en commune Gihanga de trouver une solution adéquate à ce problème.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 223 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech