Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

La pénurie et la hausse du prix du ciment de la société Buceco reste une réalité au Burundi.

Le ministère du commerce avait tranquillisé la population vers la fin de l’année 2021 qu’avec le début de l’année 2022 le problème du ciment BUCECO sera resolu.  Mais, rien n’a changé jusqu’à ce jour.

Au mois de novembre dernier, Gloriose NTIBARUTAYE, la porte-parole du ministère du commerce a tranquillisé  la population en promettant  qu’avec le mois de janvier le problème en rapport avec la pénurie du  ciment Buceco sera résolu et que la production sera abondante jusqu’à l’exporter dans d’autres pays. Malheureusement, rien n’a été fait jusqu’aujourd’hui par rapport à ces promesses faites à la population.  Le mois janvier touche à sa fin. La population crie toujours au  manque du ciment Buceco et la situation est devenue plus compliquée qu’avant. L’un des utilisateurs du ciment Buceco de la province Cibitoke où se trouve  l’entreprise BUCECO témoigne. « Le ciment est devenu un casse-tête ici dans la province Cibitoke.  Pour avoir le ciment, tu dois passer par les agents qui s’en procure dans l’entreprise Buceco et tu les donnes ton argent avant pour qu’ils fassent la liste. Là aussi,  tu dois attendre jusqu’à ce que le ciment soit disponible. Tu peux passer même plus de deux mois sans avoir ce ciment. Donc, il est difficile d’avoir le ciment ici, c’est comme de l’or. En plus,  il est très cher parfois tu peux même l’abandonner ».     

A la même époque, la porte-parole du ministère du commerce avait fait savoir qu’aucun commerçant n’a le droit de vendre le Ciment BUCECO à un prix dépassant le prix officiel de 24.500 francs. « Les commerçants qui se procure de ce ciment à travers l’entreprise BUCECO sont les mêmes  qui doivent respecter le prix de ce ciment sans aucun prétexte de transport ou quoi que ce soit. Les prix doivent être respectés  comme nous les avons fixés », avait- elle déclaré.  

Cela n’a pas été respecté. Partout, un sac de ciment est vendu à trente mille franc burundais et plus. « Les gens souffrent beaucoup pour avoir du ciment ici chez nous. Parfois dans les dépôts où il est disponible,  tu peux l’avoir pour trente mille francs burundais et plus », ajoute un habitant de Cibitoke.

Nos sources à Cibitoke font savoir que même quand le ciment est disponible dans quelques endroits, il est distribué par favoritisme et seuls les membres du parti au pouvoir ont le droit d’avoir ce ciment et n’importe quelle quantité qu’ils veulent. Les utilisateurs de ce ciment demandent au gouvernement de résoudre ce problème.

 La rédaction de la RPA, n’a pas pu joindre le ministre du commerce, Marie Chantal NIJIMBERE, pour s’exprimer à ce propos.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 269 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech