Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Burundi : le peu de ciment disponible se partage entre les administratifs et le parti de l’aigle

Les activités de construction en province Cibitoke sont pour le moment quasi-impossibles à cause du manque du ciment. Une fois disponible, une partie de ce ciment est partagée  par les autorités administratives tandis que l’autre finit sa course dans les permanences du parti au pouvoir. Entre- temps, les chantiers des particuliers se détruisent petit à petit. 

Le manque du ciment de l’entreprise Buceco en province Cibitoke n’a toujours pas eu de solution. Selon les informations que nous détenons de certains entrepreneurs œuvrant dans la construction dans cette province, cette carence empiète sur le bon déroulement des activités de construction  et certains chantiers se détruisent surtout durant cette période de  pluie. Le peu de ciment de Buceco disponible de temps en temps  ne parvienne pas au simple Burundais tandis que le ciment importé est cher. « Il n’y en a pas. Même le ciment importé qu’on utilise  en cas de manque du ciment de Buceco, il est passé de 40 milles  à 45 milles francs burundais le sac de 25 kg. Une fois disponible,  le ciment de Buceco va  soit à la permanence du CNDD-FDD de Mugwi,  de Mabayi ou celle de Cibitoke au moment où  le citoyen lambda  ne peut même pas avoir un sac », indique un entrepreneur en construction.

Dans cette province Cibitoke, ils peuvent passer 2 semaines sans trouver même un sac de ciment.  Les maçons manquent donc actuellement du travail. Pour le moment, se lancer dans la construction  demande beaucoup plus de moyens.  « Si tu ne veux pas que ta maison s’effondre, tu dois tout sacrifier. Personne ne s’en soucie. Ce n’est que l’affaire du propriétaire du chantier. Les choses sont ainsi car nous ne pouvons pas changer la vie. Il n’y a pas de ciment. Si la pluie tombe,  tu mets une couverture  pour éviter qu’elle ne s’effondre », déplore un propriétaire d’un chantier.

A côté du ciment donné aux leaders du parti CNDD-FDD pour la construction des permanences,  une autre partie de la quantité disponible est donnée aux autorités administratives de la province. Les propriétaires des chantiers et employés du secteur demandent au gouvernement de s’impliquer dans la distribution du ciment et de veiller à ce que même les moins riches puissent en bénéficier.

Gitega tente une explication

La pénurie du ciment de l’entreprise BUCECO  n’est due qu’à l’augmentation de la demande. C’est du moins les explications de la porte- parole du ministère en charge du commerce.

 S’exprimant sur les ondes de la radio nationale  ce mercredi, Gloriose  NTIBARUTAYE, a toutefois tranquillisé les Burundais  que BUCECO va augmenter sa production avec le début de l’année prochaine.

Quant à la hausse des prix de la petite quantité  disponible, la porte-parole du ministère du commerce parle de spéculation des commerçants.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 136 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech