Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Muramvya : Une veuve de la commune Bukeye réclame justice.

Muramvya : Une veuve de la commune Bukeye réclame justice.

Alitée à l’hôpital militaire de Kamenge à Bujumbura suite à un passage à tabac, il y a dix jours, une veuve de la colline Rweteto en commune Bukeye de la  province Muramvya  demande à la justice de poursuivre son agresseuse qui reste libre. 

La victime de ses actes de violations des droits humains s’appelle Géneviève Nsengiyumva de la colline Rweteto en commune Bukeye. Selon les informations en provenance de certains membres de sa famille, Géneviève a été tabassée en date du 16 juin courant. Un des membres de sa famille précise que la victime était dans les champs quand elle a été attaquée et battue sur ordre d’un ancien agent de la police. ‘’Il était vers 9h quand Pascasie  Jisho, ancien agent de la police,  accompagnée par ses journaliers se sont rendus dans les champs où Géneviève Nsengiyumva  effectuait ses activités champêtres. Cette femme, ancien agent de la police a alors intimé l’ordre à ces journaliers de frapper fort la veuve. Elle a été sérieusement tabassée.’’ Déplore notre source. 

Selon certains membres de la famille de la victime, l’agresseuse a commis un acte prémédité car elle avait juré de lui faire du mal. Et cela par jalousie, affirme cet habitant de la colline Rweteto. ‘’ Pascasie Jisho  était mariée mais elle a regagnée  sa famille. Elle est trop jalouse, elle ne cesse de dire que Géneviève a une grande propriété. C’est ça la principale cause de l’acte qu’elle a commis ».  

 La santé de la victime n’est pas bonne pour le moment là où  elle est alitée à l’hôpital militaire de Kamenge. Un des membres de la famille de  Géneviève Nsengiyumva regrette que l’agresseuse soit toujours libre et demande à la justice de faire son travail. ‘’Nous, membres de la famille de la victime, demandons aux instances habilités d’arrêter l’agresseuse car elle est toujours en liberté et qu’elle soit traduite en justice pour qu’elle réponde de ses actes. Elle a même  annoncé publiquement qu’elle ne va pas s’arrêter par-là.’’  

La rédaction de la RPA n’a pas encore pu joindre Euphrem Ndikumasabo administrateur de la commune Bukeye pour qu’il s’exprime à propos de ces actes de violation des droits humains dont a été victime la veuve Géneviève Nsengiyumva. 

 

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 119 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech