Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Trois personnes restent portées disparues après leur arrestation par le Lieutenant- Colonel Aaron Ndayishimiye

Cinq personnes ont été  arrêtées  mardi dernier  sur la colline et zone Buringa en commune Gihanga de la province Bubanza  par un officier responsable des positions militaires installées dans la réserve naturelle de Rukoko. Deux parmi ces personnes sont détenues au cachot de la police à Gihanga tandis que trois autres restent sans trace. Les habitants de la localité demandent que ces gens soient protégés dans la mesure où cet officier est souvent cité dans des crimes commis à l’endroit des membres de l’opposition.

Ces cinq personnes arrêtées mardi dernier  par le lieutenant-colonel  Aaron NDAYISHIMIYE, commandant des troupes affectées dans la réserve de Rukoko, sont composées par une vieille femme et son fils  qui habitent sur la 5ème  transversale sur la colline et zone Buringa en commune Gihanga de la province  Bubanza. Trois autres étaient des visiteurs en provenance de la mairie de Bujumbura et leurs identités ne sont pas connues. Un des témoins sur place raconte. « Une vielle maman prénommée Spès a été appréhendée avec son fils surnommé Bébé. Ils étaient  avec trois visiteurs : deux filles et un homme. Ils ont été interceptés par le lieutenant-colonel Aaron NDAYISHIMIYE, responsables des militaires  affectés dans la réserve de Rukoko. Les militaires de la garde de cet officier  se sont rués sur la vieille dame  et  son fils et les ont battus. Les visages des deux filles et du jeune homme ont été masqués à l’aide d’une voile avant d’être  mis en- dessous des sièges des militaires qui assurent sa garde. Les voisins et amis de Spès ont suivi ce véhicule de type pick-up du Lieutenant-colonel  qui a pris la direction  de Gihanga. Arrivé à la 10ème  transversale, ledit véhicule  a dévié  vers la réserve de Rukoko ».

Après un certain temps, le même véhicule a réapparu et à bord se trouvaient   la vieille femme et son fils. « Après 30 minutes, le véhicule est revenu. Il emmenait la prénommée Spès et son fils dit  Bébé. Il a traversé  la 10ème  transversale, puis la 4ème  avant d’entrer par  la 5ème  transversale de Gihanga. Il est ensuite  descendu  à la brigade de Gihanga. Bien que le fils et sa mère aient été sérieusement battus, le lieutenant-colonel Aaron NDAYISHIMIYE a refusé qu’ils aillent  se faire soigner mais les  a plutôt mis  au cachot de la brigade de Gihanga. Les deux filles et le jeune homme  n’ont pas été  revus », ajoute notre source.

Les habitants de la zone Buringa demandent que ces gens ne soient pas tués  dans la mesure où le lieutenant-colonel Aaron NDAYISHIMIYE a été souvent cité dans différents crimes commis à l’endroit des membres des partis de l’opposition. Le dernier exemple  en date étant l’enlèvement  d’Elie NGOMIRAKIZA qui était responsable du parti CNL en commune Mutimbuzi de la province Bujumbura. Ce leader du parti CNL à Mutimbuzi a été arrêté en date du 9 juillet 2021  par   cet officier de l’armée burundaise, Aaron  NDAYISHIMIYE. Jusqu’ à  présent, aucune nouvelle de lui.

A ce propos, la rédaction de la RPA  a tenté de joindre le colonel Floribert BIYEREKE, porte-parole de l’armée  burundaise, mais sans succès.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 161 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech