Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Tanzanie : Un compte à rebours lancé pour les réfugiés burundais

Tanzanie : Un compte à rebours  lancé pour les réfugiés burundais

Les Burundais réfugiés dans les camps de la Tanzanie ont moins d’une année pour rentrer volontairement. L’annonce a été faite ce 20 février par l’inspecteur chargé des questions des réfugiés dans la province de  Kigoma, lors de sa visite au camp Nyarugusu. L’annonce est faite alors que des mesures draconiennes ont été déjà prises contre cette catégorie de réfugiés hébergés par la Tanzanie. Depuis quelques semaines toutes les boutiques des Burundais ont été détruites dans ce camp.

« La Tanzanie vous aime, elle veut faire le commerce avec le Burundi mais elle ne veut  pas de réfugiés burundais ! » A déclaré ce mardi John Walioba Mwita aux réfugiés burundais du camp Nyarugusu. L’inspecteur chargé des questions des réfugiés dans la province Kigoma a bien signifié à ces réfugiés burundais que leur retour est déjà décidé par le gouvernement Tanzanien et donc que l’assistance octroyée aux réfugiés sera suspendu après le délai de 10 mois leur accordé pour un rapatriement volontaire. « Après cette période j’ignore la suite.» Leur a dit Mr Walioba Mwita.

 Des mesures inexorables contre les Burundais

Depuis le 12 de ce mois de février, les boutiques  tenues par les réfugiés burundais sont détruites. Ce sont des agents de sécurité dans le camp  dit Sungusungu  accompagnés  de policiers tanzaniens et quelques fois de certains responsables du camp qui mènent l’opération  de démolition de petites boutiques et salons de  coiffure. Seules les zones habitées par les réfugiés burundais sont concernées.

 « Lorsqu’ ils ont démoli les marchés, ils nous demandaient de faire de petites activités commerciales à la maison. Mais maintenant ils nous empêchent toute activité génératrice, petite soit-elle. Nous avions construit de petites  maisonnettes pour faire ce commerce, ils ont tout détruit. » Explique un des réfugiés burundais de ce camp.

Cette situation complique davantage le quotidien de ces réfugiés car non seulement il leur est actuellement difficile de trouver où acheter ce dont ils ont besoin  mais aussi ils sont privés du peu de revenus qu’ils tiraient de ces activités. Désespérés, ces réfugiés lient ces mesures à la décision de les renvoyer bon ou mal gré.

Et selon l’inspecteur chargé des questions des réfugiés à Kigoma, le retour des Burundais a été décidé l’année dernière lors d’une réunion tripartite entre le gouvernement du Burundi, celui de la Tanzanie ainsi que le  Haut-Commissariat pour les Réfugiés.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 239 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech