Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Les réfugiés burundais du camp de Nyarugusu privés d’eau potable

Les réfugiés   burundais du camp de Nyarugusu en Tanzanie éprouvent depuis une semaine  des difficultés pour trouver de l’eau potable. Les robinets restent fermés pendant un  grand moment suite à une mesure  par le responsable de camp en vue de les persécuter.

 Ces réfugiés   burundais de ce camp de Nyarugusu indiquent  avoir de l’eau pendant une courte durée par jour et ce depuis la semaine dernière. De plus, l’eau coule dans les robinets à compte-goutte. Notre source dans ce camp  révèle que cette décision a été prise par  Siasa Manjenje,   le responsable de ce camp. Ce dernier aurait l’objectif  de  perturber les activités des réfugiés qui sont en train de fabriquer des briques pour réhabiliter leurs  maisons. « Depuis le 18 dernier,  les robinets sont ouverts à sept heures et sont fermés  à 9 heures. En plus,  l’eau coule   à compte-goutte par rapport à celle qui coulait en temps normal. On était en train de fabriquer de briques.  Mais, on manque   de l’eau à cause de Siasa MANJENJE. On ne  comprend pas  pourquoi ils continuent de nous persécuter. Pourtant, l’eau coule à flot  du côté des Congolais. Lorsqu’on va puiser là  -bas, c’est un problème. Le HCR nous avait donné des robinets  et il y a aussi de l’eau dans des réservoirs. Lorsque nous demandons à  ceux qui  y travaillent, ils disent que ces réservoirs sont plein d’eau. Que le gouvernement tanzanien cesse de nous malmener », plaide un réfugié.

Les  réfugiés ne comprennent pas le comportement de ce responsable  parce que c’est lui-même qui a donné  l’autorisation  à ceux  qui sont en train de fabriquer ces briques. Ils demandent aux responsables des ONG chargées du secteur de l’eau  et construction de stopper cette mesure. « Avant de  fabriquer des briques, nous allons   d’abord dans son bureau.  Puis, il  nous donne un papier attestant ce travail et envoie même une équipe pour vérifier. Il nous a donné la  permission de fabriquer ces briques pour réhabiliter  nos maisons. Maintenant, il prend la décision de fermer l’eau. On n’a pas d’autres moyens de trouver de l’eau. Il n’y a pas de rivières. Elles sont très loin de notre camp.  Siasa Manjenje donne des ordres  à  ces ONG locales œuvrant dans le camp. L’Ong  NRC   s’occupe de secteur de l’eau.  Pourquoi  elle ne veut pas que nous ayons de l’eau pour nos activités quotidiennes ? L’Ong   DRC est chargée des travaux de constructions.  Pourquoi elle ne plaide pas pour nous ? », continue- t- il à s’interroger.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 161 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech