Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Le procureur de Cankuzo ferme les yeux sur l’agression d’une femme entre la vie et la mort depuis deux semaines

Une femme qui réside au chef-lieu de la province Cankuzo a été évacuée depuis 4 jours sur Bujumbura après deux semaines passées à l’hôpital de la province Karusi, dans un état critique. C’est après qu’elle ait été blessée par d’autres femmes qui l’accusaient de commettre l’adultère avec des hommes de l’entourage. Les membres de sa famille disent être étonnés du fait que les présumées auteurs du crime sont encore libres.   

Aline karetse a été agressée vers 15 heures du 07 juillet au chef-lieu de la province Cankuzo, plus précisément dans le quartier Ndava.

Selon ses voisins, peu avant ce forfait, la victime a reçu un appel téléphonique d’une femme du nom de Carine Manikurakure. Cette dernière était en compagnie d’une autre femme du nom de Sylvie Nibitanga qui, selon les mêmes voisins, était sa complice. Les 2 femmes auraient demandé à la victime de les rejoindre chez une certaine Gabriella Misago, enseignante responsable à l’école paramédicale de Cankuzo. Une invitation à laquelle Aline a répondu sans hésitation vu que ces dernières étaient ses voisines.

Mais, une fois sur le lieu du rendez-vous, les choses se sont gâtées. Les 3 femmes se sont ruées sur elle et ont commencé à la rouer de coups. « Elles se sont mises à lui lancer des chaises et des tasses à la figure. Aline s’est sauvée vers la cuisine mais Gabriella, la propriétaire de la maison, l’a extirpée de sa cachette et l’a ramenée au salon. C’est à ce moment que les 3 dames ont commencé à la frapper à l’aide de gourdin jusqu’à ce qu’elle s’évanouisse. »

Comme si cela ne suffisait pas, la trilogie s’est servie de couteaux pour en finir avec la cible. « Elles lui ont enfoncée des couteaux au niveau des épaules, des oreilles, des bras, des jambes. Bref, presque partout. Elles ont même touché ses parties génitales.»

Alertée par les cris de la victime, une infirmière locataire de Gabriella finira par lui venir en l’aide. Depuis, Aline Karetse est toujours dans le coma, une situation quoi lui a valu d’être évacuée sur Bujumbura.

Révoltés, les habitants du chef-lieu de la province Cankuzo demandent justice pour Aline Karetse, surtout que ses bourreaux n’ont passé en prison que le temps de la rosée avant d’être relâchées par le procureur de la République à cankuzo.

Contacté à propos, Ferdinand Bazikwankana, procureur de la République  à Cankuzo, s’est refusé à tout commentaire.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 692 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech