Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

L’étau se resserre de plus en plus autour des réfugiés burundais du camp Nyarugusu

L’étau se resserre de plus en plus autour des réfugiés burundais du camp Nyarugusu

Les réfugiés burundais du camp de Nyarugusu se trouvant en Tanzanie, ont été informés  que l’accès   aux soins de santé et à l’éducation leur sera prochainement  plus difficile.  Annonce faite ce mardi  lors d’une visite d’une  délégation burundaise dans ce camp pour les sensibiliser  au rapatriement.  Les réfugiés ont demandé plutôt l’arrêt  des  menaces et persécutions  et que le rapatriement soit volontaire.

Cette délégation burundaise qui était en visite au camp de Nyarugusu ce 01 août  2023 était accompagnée par Sudi Mwakibasi, le commissaire chargé des questions des réfugiés au ministère de l’intérieur en Tanzanie.  La délégation burundaise était dirigée par Carine Mbarushimana, la secrétaire permanente au ministère  de l’intérieur, de la sécurité publique et du développement communautaire. Dans son discours, mentionnent  les réfugiés du camp Nyarugusu, la cheffe de délégation burundaise  a dit qu’ils ont été envoyés par le Président de la République pour les sensibiliser  au rapatriement.   L’ambassadeur du Burundi  à  Kigoma, qui faisait  aussi partie de la délégation, a informé  ces réfugiés que  plusieurs centres de santé  et hôpitaux seront fermés.

‘’Nous avons parlé avec le personnel du HCR. Ils nous ont dit la vérité : ils n’ont plus les moyens pour aider les réfugiés. C’est pour cela qu’il  y a des difficultés  dans le secteur de l’éducation. Nous avons aussi été informés que des centres de santé seront fermés, lorsqu’ ils seront fermés  même le nombre  personnel soignant sera diminué. Que ferez-vous en cas de maladie ?’’A déclaré l’ambassadeur burundais Jérémie Kekenwa avant de déplorer le fait que les réfugiés ne répondent pas  à l’appel du président de la République et rentrer au lieu de rester dans ses conditions difficiles.

Ayant constaté l’absence des représentants  du  Haut-Commissariat pour les Réfugiés, les réfugiés burundais n’ont pas manqué de poser la question à cette délégation.  Et de leur signifier que le rapatriement doit être volontaire comme chacun a pris la décision de fuir le Burundi.

‘’Nous, réfugiés de Nyarugusu, voulons la paix. Nous savons que les réfugiés burundais du camp  Mtabila ont été chassés du territoire tanzanien  et nous savons que c’est ce que  vous comptez faire. Si une personne veut rentrer de son gré  c’est bien mais chaque personne  a les   causes qui l’ont  contraint  à l’exil.’’

Cette  délégation burundaise  était accompagnée d’un groupe de rapatriés,  rentrés de différents pays de la région, pour tenter de tranquilliser ceux qui sont en encore en exil.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 244 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech