Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Karuzi : Des détenus en trop au cachot du commissariat provincial

Mauvaises conditions de détention au cachot du commissariat de la  province Karuzi. En surnombre, les détenus ne peuvent pas dormir  tous en même temps.  Des maladies liées à ces conditions d’incarcération sont signalées.

Ce cachot du commissariat provincial  de Karuzi (Centre-Est du Burundi) est fait de trois cellules. La première  est réservée aux femmes et  les deux  autres aux hommes. Chaque cellule mesure deux mètres sur trois, décrivent des sources du commissariat. Les conditions de détention  des  prisonniers sont très déplorables, leur nombre passe souvent du simple au triple.

‘’Dans les trois cellules,  tu peux y trouver quatre-vingt-dix détenus alors que la capacité d’accueil  se situe entre trente et  quarante détenus. Les  détenus alternent pour dormir, les uns dorment et les autres attendent leur tour debout’’, témoigne un des anciens détenus du cachot qui précise que certains  détenus ont déjà attrapé la maladie de gonflement de jambes car ils passent de longs moments en position debout.

Les informations recueillies sur place font savoir que  ce surnombre est entre autres dû aux problèmes de déplacement: le manque de véhicule ou de carburant pour transférer  certains détenus vers des prisons. ‘’Ils sont très nombreux parce que le parquet ne se presse pas pour transférer ceux qui doivent être conduits  à la prison centrale de Gitega suite au manque de véhicules ou de carburant. Les délais de détention  ne sont donc pas respectés.’’

Le procureur de la République à Karuzi ne s’est pas encore exprimé sur ces conditions de détention au cachot du commissariat provincial.

 

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 128 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech