Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Kanyosha : Implantation d’un cachot non reconnu par la loi au bureau de la sous-colline Muhanambogo

Kanyosha : Implantation d’un cachot non reconnu par la loi au bureau de la sous-colline Muhanambogo

Le chef de la sous-colline Muhanambogo , colline Kavumu, zone Muyira, commune Kanyosha  de la province Bujumbura s’est créé un cachot au bureau de la sous-colline. Ce cachot aurait été mis en place pour rançonner les citoyens arrêtés arbitrairement. Cet administratif aurait le soutien du chef de la colline Kavumu et de l’officier de la police judiciaire au niveau de la zone.

Sur la sous-colline Muhanambogo  tout près du domicile de Songoro Michel, chef de cette sous colline, est en train  d’être construit le bureau de la sous-colline. Ce  bureau qui n’est pas encore fonctionnel  sert de cachot. Selon des sources sur place,  ce cachot  aurait été  inventé par le chef de la sous-colline Muhanambogo dans le but de rançonner la population locale et surtout les jeunes. Selon toujours nos sources,  toute personne qui est incarcérée  dans ce cachot  ne peut y  sortir avant d’avoir versé 50 mille BIF. Le chef de  cette sous-colline aurait la complicité du chef de  colline Kavumu et l’officier de police judicaire au  niveau de la zone.

Nos sources en zone Muyira révèlent que  depuis dimanche 12 novembre, deux jeunes gens sont gardés dans ce cachot. Ce sont des jeunes qui sont soupçonnés d’être de voleurs mais qui sont originaires de la zone Ruyaga. Deux autres jeunes  frères  ont été relâchés ce mercredi 15 novembre. Il s’agit de Mpawenimana Olivier et  de Ncutiyimana  Abraham. Ce dernier est un élève qui a passé deux jours sans se rendre à l’école. Leur relaxation a été conditionnée par le versement de 60mille BIF  les deux. Leur  père  se serait, selon des sources sur place, engagé  à  chercher 40 mille  pour  totaliser 100 mille BIF. D’après la population locale, les 2 jeunes gens n’avaient rien fait qui mérite qu’ils soient incarcérés.

Songoro Michel, le chef de  la sous-colline Muhanambogo reconnait l’existence de ce cachot  non reconnu par la loi. Cepandant, il indique que  c’est la police qui pourrait expliquer pourquoi. La rédaction de la RPA n’a pas encore pu  recueillir le commentaire de l’officier de police judiciaire à Muyira.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 266 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech