Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Des disparitions forcées à la torture, les membres du CNL n’ont aucun répit

5 membres du parti CNL de la commune Ngozi et Gashikanwa de la province Ngozi ont été arrêtés et portés disparus au cours des 2 dernières semaines du mois de novembre. Et à Bujumbura, un membre du même parti est entre la vie et la mort après des coups reçu de la part d’un des jeunes affiliés au parti au pouvoir, le CNDD-FDD.

Parmi les membres du parti CNL arrêtés ces deux dernières semaines, deux sont originaires du chef-lieu de la province Ngozi. Il s’agit de Stéphanie Hatungimana, une enseignante au lycée Don Bosco. Arrêtée  le 15 novembre vers 21 heures  au quartier Kanyami puis embarquée dans un véhicule de la police, personne ne l’a plus revu depuis.  

Le second est connu sous le nom de Stany Miburo. Il a été arrêté la nuit du 29 novembre au quartier Rusuguti. Il a, lui aussi, été embarqué dans un véhicule de la police.

Les 3 autres membres du parti CNL arrêtés sont de la commune Gashikanwa en province Ngozi et tous les 3 ont été arrêtés le même 29 novembre. Il s'agit d'un certain Aloys Ndayizeye de la colline Maruri, Jean Marie Ntirandekura de la colline Cihonda et Félix Nzoyisaba du chef-lieu de la commune Gashikanwa. Selon nos sources, ils ont tous les  trois été arrêtés par la police en collaboration avec des imbonerakure.

Les familles de ces 5 membres du parti CNL indiquent que les leurs ne sont victimes que de leur appartenance politique. Ces familles signalent aussi qu’elles ont cherché dans tous les cachots de la province Ngozi mais qu'elles ne les ont pas trouvés. D’où elles demandent aux autorités habilitées de leur montrer où seraient détenus les leurs.

Nous n’avons pas pu joindre Bonfort Ndoreraho, commissaire provincial à Ngozi et Epipode Baranyikwa, gouverneur de la province Ngozi pour donner des éclaircissements.

 

A Rukaramu, un membre du CNL se fait tabassé par un imbonerakure de la place

 

 

Le nommé Pacifique Ndamugoranwe membre du parti CNL a été passé à tabac par un imbonerakure nommé Philbert Ndayiragije le vendredi 26 novembre 2021. Cela s’est passé  vers 20 heures sur la colline Kigwati II de la zone Rukaramu en commune Mutimbuzi.  ‘’ Il rentrait chez lui lorsqu’il a croisé cet Imbonerakure.  Ce dernier a aussitôt commencé à le tabasser puis il l’a  amené dans une plantation d’eucalyptus située  tout près de la rivière Mpanda pour l’y cacher car il était très mal en point. ‘’ Témoigne ce citoyen qui ajoute que quelques heures après, l’imbonerakure en question a finalement ramener sa victime chez elle, tout en le menaçant de mettre fin à sa vie si jamais elle racontait ce qui s’était passé. ‘’ Vers 22 heures, Philibert a fait rentrer Pacifique. Il l'a mis en garde contre toute tentative de dénonciation. Au fait, cet imbonerakure craignait d'être lynché par la population.  D’habitude il se promène avec un sac à dos qui contient des baïonnettes militaires. Dimanche, les membres de la famille se sont inquiétés et sont allés s’enquérir de la situation du leur. Le constat  a été que la victime saignait du nez et des oreilles. C’est ainsi qu’il a dévoilé le nom de son agresseur. ‘’ S’indigne un des voisins de la victime.

Ce qui énerve davantage, selon la population, c’est l’inertie de l’administration et de la police face à ces exactions commises par les membres du parti au pouvoir envers les militants des partis de l’opposition et des fois sous l’égide des administratifs.  ‘’ Faute de moyens, Pacifique Ndamugoranwe  n’est toujours pas soigné et les administratifs croisent les bras comme si de rien n’était. Un des administratifs à la base nommé Athanase Baritaza a dit que le cas devait être confié au responsable collinaire du parti. Mais ce dernier venait d’être appréhendé en possession d’un fusil de type Kalachnikov. Cet imbonerakure Philbert Ndayiragije circule à l’aise dans les enceintes du bureau communal. Ils nous font croire qu’il est détenu. ‘’

A ce sujet, la rédaction de la RPA n’a pas pu joindre l’administration communale à Mutimbuzi.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 105 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech