Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Une vingtaine de militaires burundais périssent dans les combats en RDC par manque de le adership

Une vingtaine de morts du côté de l’armée burundaise dans les récents affrontements opposant la force conjointe de la Communauté Est Africaine et un groupe armé des burundais, le FNL de Nzabampema, dans le Sud Kivu. Le mauvais commandement de ces opérations serait lié à ces pertes en vies humaines, dénoncent nos sources de l’armée burundaise qui s'étonnent également du flou qui entoure la communication à ce sujet.

 Ces combats ont opposé les militaires des forces burundaises et de l’armée congolaise d’un côté  et des rebelles du FNL de Nzabampema de l’autre côté. Des combats qui ont eu lieu il y’a deux semaines, à l’est de la République Démocratique du Congo, précisement dans le sud Kivu.

Les informations collectées auprès de nos différentes sources militaires font savoir que les militaires congolais se sont sauvés juste au début des affrontements, laissant seules les troupes burundaises sur le front sans même les avertir. Les rebelles auraient surpris les militaires burundais par le côté que ces derniers croyaient être occupé par les militaires congolais. Ainsi, plus de 25 militaires burundais seraient morts dans ces combats. Parmi eux, se trouvaient des blessés qui ont été achevés sur place car ne pouvant pas fuir.

Nos sources militaires précisent aussi qu’une vingtaine d’autres militaires blessés légers ont été évacués et sont en train d’être soignés à l’hôpital militaire de Kamenge à Bujumbura.

Les militaires burundais dépêchés en mission au Sud Kivu dénoncent la mauvaise organisation de ces opérations. Et d’affirmer que les pertes encaissées sont entre autre la conséquence du mauvais commandement des opérations de ce jour-là.

Egalement, nos sources  militaires burundais, que ce soit ceux en mission en RDC ou ceux restés au pays, dénoncent tous le flou qui entoure la communication des opérations en RDC. Aucune fois, l’identité des victimes n’est donnée officiellement. Les militaires ne sont pas autorisés à voir les cadavres de leurs frères d’armes tombés sur le champ de bataille. Ils s’interrogent d’ailleurs où ils sont enterrés vu que les cadavres ne sont pas rapatriés pour un enterrement digne dans leur pays natal.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 203 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech