Un cabaretier de Buringa abattu par un de ses clients militaire

Assassinat la nuit du 13 avril d’un habitant  de la colline et zone Buringa, commune Gihanga en provinve Bubanza par un militaire du 212ème bataillon. Les informations en provenance de la commune Buringa indiquent que l’auteur du crime de grade de caporal-chef, est pour le moment détenu au cachot du commissariat communal de la police de Gihanga dans cette même province de Bubanza.

La victime  s’appelait Jean-Marie Nshimirimana. Agé de 33 ans,  il  résidait sur la 5ème  transversale de la colline, zone et commune Buringa en province Bubanza. Il était propriétaire  d’un bistrot se trouvant sur la 9ème  transversale.

Les informations fournies par les habitants de la localité indiquent que c’était vers 20h 30 min lorsqu’un militaire du grade de caporal-chef, Fidèle Kwizera,  est venu avec une carte mémoire qu’il voulait vendre  à Jean-Marie Nshimirimana. Après l’avoir testé, ce dernier aurait refusé de l’acheter car il la jugeait défectueuse.

Du coup, selon les  mêmes  informations, ce militaire a dégainé et a tiré trois balles dans la poitrine de Jean-Marie  et il est mort sur le champ.

Révoltés, les habitants qui étaient  sur place se sont rués sur ce militaire et l’ont sérieusement  tabassé avant de le désarmer. Son fusil sera remis à son employeur, le  commandant du 212ème  bataillon. Le caporal-chef Fidèle Kwizera  est pour le moment détenu au cachot du commissariat communal de la police de Gihanga.

L’assassinat du citoyen Jean-Marie Nshimirimana s’ajoute à celui d’un jeune cabaretier  de la zone Musaga qui a été fusillé par un officier du grade de lieutenant-colonel dans la nuit du 31 mars. Très récemment, en date du 5 avril, un chef du quartier Mukoni  en commune et commune Muyinga,  a été  également tué, fusillé par un militaire du grade de caporal-chef  prestant au camp de  Mukoni.