Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Suicide ou simulacre de pendaisons à Kayanza ?

Suicide ou  simulacre de pendaisons à Kayanza ?

Des cas de mort dans des circonstances douteuses se multiplient dans la province de Kayanza. Le matin de ce lundi 14 novembre, un autre corps sans vie a été retrouvé pendu à un avocatier sur la colline Nyarurama en commune Butaganzwa. Les administratifs parlent de suicide, une hypothèse qui n’est pas soutenue par la population qui demande des enquêtes.

 La personne  retrouvée morte s’appelait Innocent Nimbona.  Âgé de 37 ans, il était originaire de la colline Nyarurama, en commune Butaganzwa, de la province Kayanza. Le corps de la victime a été retrouvé ce lundi, pendu à un avocatier.

Les administratifs en commune Butaganzwa ont annoncé, dans la fraicheur des faits, que « la victime s’est suicidée car elle n’était pas en bons termes avec sa femme ». Ce que les voisins et les habitants de la place réfutent et demandent plutôt des enquêtes approfondies vu que la victime avait partagé la veille un verre avec ses amis dans une buvette de la place. Ces derniers disent n’avoir rien trouvé d’alarmant dans son comportement.

Trois jours auparavant, un certain Céleus Ndagijimana, âge de 34 ans avait été retrouvé mort dans les mêmes circonstances. Il habitait la colline Ruhororo, en commune Kabarore, de la même province de Kayanza. La victime avait été accusée vendredi dernier par son voisin de lui avoir volé 20 avocats. Et, c’est le lendemain que son corps fut découvert.  Là aussi, les administratifs ont parlé de suicide, mais pour les habitants, Céléus a été tué puis pendu à un arbre pour simuler un suicide.

Toujours à Kayanza, vers la fin du mois d’octobre dernier, un nommé Samson Niyibigira, âge de 45 ans a été retrouvé mort pendu lui aussi à un avocatier. Cela s’est passé sur la colline Musema de la commune Butaganzwa.

Les administratifs disent « ignorer toujours ce qui l’a poussé à se suicider vu qu’il n’était en conflits avec personne ». Mais, même si l’administration s’est vite empressée de conclure à un suicide, les habitants de la place qui ont vu le corps de la victime disent qu’ « elle a été étranglée avant d’être pendue ».

Ce qui pousse les habitants de la province Kayanza à penser que toutes ces morts non élucidées cachent mal une nouvelle stratégie de maquiller les assassinats afin que leurs auteurs ne soient pas inquiétés.

Faire un don

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 257 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech