Recherche

Amakuru yo ku wa 20 Munyonyo 2019

Journal du 20 Novembre 2019

La Tanzanie accuse certaines bandes armées en provenance du Burundi de perturber la sécurité dans ce pays

lundi, 18 février 2019 07:31
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Kassim Majaliwa. premier ministre tanzanien Kassim Majaliwa. premier ministre tanzanien

Ce samedi, dans une rencontre avec les membres du parti au pouvoir, le CCM, à Kigoma, le premier ministre tanzanien Kassim Majaliwa a mis en garde les burundais qui ont pris l’habitude de kidnapper des enfants et de perturber la sécurité de leur pays hôte.

Le premier ministre tanzanien a mis en garde ce samedi un groupe de burundais qu’il a qualifié de fauteur de trouble. Selon le ministre Kassim Majaliwa, le gouverneur du district de Kigoma lui a fait part d’énormes problèmes liés à l’insécurité dans cette localité. « Il y a des actes de vol à Kigoma. Aujourd’hui, il se remarque surtout les enlèvements des enfants et la réclamation des rançons. Je vais passer par là, en commençant par la région de Kaduta. Je vais chercher la solution à ce désordre. La population de Kigoma a besoin de développement. Nous l’avons déjà dit, la Tanzanie ne peut pas empêcher les proches, les amis et les voisins de venir. Mais qu’ils ne viennent pas en désordre. Ils doivent se conformer à certaines règles. Viens mais dis-nous avec qui tu viens, tu viens avec quoi ? Qui va t’accueillir ? Tu vas passer combien de temps ici. C’est tout. C’est surtout valable pour nos voisins de Makamba et d’ailleurs. »

 

Et le premier ministre tanzanien de faire savoir qu’il y a beaucoup d’armes qui sont entrés dans leur pays, via la province de Kigoma. « Il s’agit des armes que votre population n’a jamais vues. Ils ont l’habitude de voir les petites armes que portent les policiers. Mais ce dont je parle, ce sont de longs fusils qui sont munis de grosses boîtes. Où peut-on voir de telles armes si l’on n’a pas été dans l’armée. Aujourd’hui ces armes sont très nombreuses, elles sont à Kasulu, Kibondo et Kakonko, et c’est ça ma trajectoire, je ne peux rien changer, je vais passer par tous ces endroits. Ces kidnappeurs cherchent d’abord les coordonnées des parents avant d’enlever l’enfant. Et puis ils t’appellent pour te demander une rançon d’1 million 500 mille pour pouvoir ensuite récupérer ton enfant. Nous ne pouvons pas continuer à mener une telle vie. Je vous le dis, nous avons renforcé la sécurité, celui qui va être attrapé, nous allons l’oublier. Je dis bien que quiconque va être attrapé va être oublié. »

 

Ce haut cadre du gouvernement tanzanien a également promis à la population de Kigoma que son parti, le CCM, va s’organiser pour le renforcement de la sécurité du pays.

 

Pour rappel, dans sa visite de 4 jours, le premier ministre Kassim Majaliwa compte se rendre dans le camp des réfugiés de Nduta situé dans la province de Kibondo.

 

 

Lu 1118 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2019 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

21 novembre 2019

Press releases from Africa-Neswroom.com

Qui est en ligne?

Nous avons 155 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha