Recherche

Amakuru yo ku wa 16 Gitugutu 2019

Journal du 16 Octobre 2019

Agathon Rwasa qui se réclame toujours leader du parti FNL va se porter comme candidat indépendant dans toutes les

 

Les irrégularités observées dans le processus d’enrôlement des électeurs seront corrigées au fur et à mesure. C’est ce qu’a annoncé le président de la CENI hier mardi après midi lors d’une réunion d’évaluation à mi-parcours de l’enrôlement. Les débats tournaient en majorité autour de l’octroi de la carte nationale d’identité entachée d’irrégularités sans cesse rapportés. Mais pas question de suspendre l’activité, a averti le ministre de l’Intérieur.

Les différents intervenants dans cette réunion ont de nouveau dénoncé les distributions des cartes d’identité qui se font en cachette par des personnes non habilités ou celles attrapés ne possession de plusieurs identités. Mais ce qui est incompréhensible selon le secrétaire général du parti FRODEBU Nyakuri, c’est l’impunité totale à l’endroit de ces fautifs : «  Toujours nous entendons des irrégularités, un administrateur qui donne des cartes d’identités aux membres de son parti sur les collines. Il ne s’agit plus d’irrégularités mais plutôt d’une faute grave. Est-ce que voler les cartes d’identité n’est plus une infraction ? » La présidente du parti PASIDE à la réunion tout comme le président de l’OLUCOME, Gabriel Rufyiri, ont tout simplement demandé la suspension de cette activité d’enrôlement : « Je lance un appel vibrant à ce que l’enrôlement des électeurs s’arrête immédiatement pour que l’on puisse s’entretenir sur les modalités. Si l’on analyse le travail de la CENI qui pour nous semble faire sourde oreille à toutes les allégations l’enrôlement devrait s’arrêter pour que l’on puisse faire une évaluation. »

Pour le président de la CENI, Pierre Claver Ndayiragije, ce n’est pas la première fois que des irrégularités sont signalées dans l’octroi de la carte nationale d’identité. Faut-il que l’activité d’enrôlement des électeurs soit suspendue pour autant ? A cela le président de la CENI demande aux différents partenaires de leur donner du temps pour analyser la demande. Mais le ministre de l’intérieur, Edouard Nduwimana, a répondu sur le champ à la place de la CENI : « A voir tous ceux qui se sont déjà fait enrôler, à voir l’état sécuritaire, la cohésion nationale et la volonté des citoyens de vouloir répondre aux élections, je ne comprends pas celui qui demanderait l’arrêt de l’enrôlement. Il faut plutôt corriger tous ses irrégularités soulevées. »   

Au cours de cette réunion, la CENI a annoncé l’enrôlement d’un million et 700 mille électeurs sur les 4 millions et 200 mille électeurs attendus.        

Mais entretemps des irrégularités continuent à être signalées un peu partout dans le pays. A Gitega, les représentants provinciaux des partis politiques membres de l’ADC-Ikibiri dénoncent plusieurs irrégularités dans l’enrôlement des électeurs de 2015. Toutefois, ils invitent les militants de l’ADC-IIkibiri de se faire inscrire massivement malgré la décision de l’ADC-Ikibiri de se retirer des CEPI et des CECI.

En province Rutana, l’enrôlement des électeurs est émaillé d’irrégularités dans certaines communes. Certains chefs de colline distribuent des cartes nationales d’identité, d’autres poussent les élèves mineurs à se faire enrôler, témoignent les résidents de Rutana.

Au nord, en province Kirundo, une semaine après le début de l’enrôlement des électeurs, les électeurs  continuent à venir à compte goutte. Et pour cause, la carte nationale d’identité exigée pour l’enrôlement est distribuée d’une façon sélective au profit des militants du parti au pouvoir, se plaignent certains habitants.

En province Cibitoke, la procédure d’enrôlement des électeurs suscite des inquiétudes dans certaines communes. Dans certains centres d’inscription, des habitants n’hésitent plus à dire qu’un plan est en cours d’exécution, car plusieurs personnes ont été attrapées en train de se faire enrôler plus d’une fois. Et les cartes nationales d’identité circulent à une vitesse accélérée comme des marchandises.

L’ADC-Ikibiri décide de se retirer des différents démembrements de la Commission Electorale Nationale Indépendante, CENI, que sont les

Le torchon brûle entre les membres du parti MSD et les agents recenseurs issus principalement du

Deux mandataires des partis Sahwanya FRODEBU et FRODEBU Nyakuri ont été tabassés hier mardi au centre d’enrôlement de Nyabikenke en commune Bugabira de la province Kirundo par des jeunes Imbonerakure du parti CNDD-FDD. La raison est qu’ils dénonçaient l’enregistrement d’une fille mineure. Ces jeunes Imbonerakure ont été arrêtés par la police mais ils ont passé le temps de la rosée au cachot de la police à Bugabira.

En commune urbaine de Gihosha, les mandataires politiques n’ont toujours pas eu le droit d’accéder aux effectifs inscrits pour l’enrôlement des électeurs au centre dénommé « Mutimukeye ». Le président de la Commission Electorale Communale CECI-Gihosha indique qu’il n’a pas reçu d’instruction autorisant l’accès à ces chiffres. Pourtant, le chargé de la communication au sein de la Commission Electorale Nationale Indépendante « CENI » a rappelé au début de l’enrôlement que tout observateur a droit de consulter les fiches journalières de rendement.

Les ex-combattants handicapés du site de Zege en commune et province Gitega demandent que les agents recenseurs aillent les enregistrer dans leur site, suite à leur situation d’handicap qui ne leur permet pas d’arriver aux centres d’enrôlement des électeurs. Le président de la CEPI-Gitega promet de prendre en considération cette requête.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2019 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

17 octobre 2019

Press releases from Africa-Neswroom.com

Qui est en ligne?

Nous avons 614 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha