Recherche

Plus de tente personnes ont été assassinées au cours du mois de février

Au cas où la Commission nationale électorale indépendante ne donnerait pas un fichier électoral fiable et reconnu par tous,

La police a interrompu la conférence de presse organisée par la coalition des partis de l’opposition RANAC, ce mardi. Mais avant cette interruption, le RANAC avait déjà déclaré que le peuple burundais ne va pas permettre au président de la République actuel de briguer un troisième mandat. Le RANAC  a également demandé aux corps de sécurité de ne pas perturber la résistance du peuple qui contestera la violation de la Constitution. Dans cette conférence de presse, le RANAC a également parlé de l’actualité du moment, surtout les questions économiques.     

 

Hussein Radjabu n’est plus locataire de la prison centrale de Mpimba depuis la nuit de ce dimanche. Selon des sources proches de cette maison de détention, l’ancien président du parti CNDD-FDD serait parti avec 3 de ses codétenus à savoir le prénommé Rémy qui assurait sa garde personnelle, Ribakare Baudouin surnommé Ndindi et l’ancien député Emmanuel. En plus de ces codétenus figure des policiers dont le chef de poste en charge de la sécurité de Mpimba dit « de corps » en jargon militaire et 2 agents de police, tous partis avec leurs armes.

L’inquiétude est grande du côté des avocats d’Hussein Radjabu. Maitre Prosper Niyoyankana craint pour la vie de son client. Il précise que le directeur de la prison de Mpimba a refusé de le rencontrer jusque-là.     

La coalition ADC-Ikibiri rend public sa plate forme commune de Gouvernance. Ce document renferme le projet de société que la coalition veut exécuter si une fois elle remporte les élections. Selon Déogratias Ndayishimiye, président du parti SONOVI membre de l’ADC, cette plate forme commune de gouvernance s’engage à réformer la justice mais aussi à ramener à 5 les provinces afin de diminuer certaines dépenses.

Cette présentation de la plate forme commune de gouvernance de l’ADC-Ikibiri s’est faite à Kw’Iraro devant les militants des partis politiques de l’ADC et certains représentants diplomatiques.

Une note de renseignement émise par le service national des renseignements met en garde le président de la République contre toute tentative de briguer un troisième mandat. D’après ce document, l’actuel président devrait accepter de quitter le pouvoir au terme de ce deuxième mandat pour son bien, celui de sa famille et celui de son parti le CNDD-FDD. Cette note de renseignement serait par ailleurs à l’origine du limogeage du chef du service des renseignements le général Godefroid Niyombare 3 mois seulement après sa nomination à ce poste.

Les politologues aussi analysent la situation. Si le président Nkurunziza brigue un troisième mandat, il y a certes un risque de plonger le pays dans le chaos, dit Julien Nimubona. Il interpelle donc le chef de l’Etat à ne pas prendre cela à la légère.

L’ancien sénateur du CNDD-FDD, Richard Nimbesha se dit menacé quant à sa sécurité. Cet ancien sénateur avait exprimé en janvier dernier son refus catégorique quant au probable troisième mandat du président Pierre Nkurunziza. Richard Nimbesha ajoute également qu’il serait sur une liste des personnes à éliminer physiquement.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2019 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

25 juin 2019

Press releases from Africa-Neswroom.com

Qui est en ligne?

Nous avons 183 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha