Recherche

Plus de tente personnes ont été assassinées au cours du mois de février

Tenue ce vendredi à Arusha en Tanzanie du 20ème sommet ordinaire des chefs d’Etat de l’EAC. Les questions spécifiques à la crise burundaise n’ont pas préoccupé la communauté au cours du sommet. A la limite, il a été signifié que les chefs d’Etat ont pris acte du rapport du facilitateur dans le conflit inter-burundais.

L’alerte a été lancée ce lundi 30 Janvier à travers une correspondance adressée au médiateur dans la crise burundaise et en même temps président en exercice de l’EAC. Les signataires mettent en garde qu’une guerre qui pourrait probablement éclatée au Burundi risquerait d’embrasser toute la sous-région.

Une centaine de rapatriés burundais en provenance de la Tanzanie serait retournée dans ce pays d’asile dans moins de deux mois par crainte de représailles. Ils indiquent qu’ils sont souvent victimes de harcèlement, accusés par des administratifs locaux et des Imbonerakure d’être des rebelles ou des espions des mouvements armés.

Cette mesure a été annoncé dans un communiqué du 18 Janvier 2019 en réaction aux reproches sur plus de 1.9OO vêtements semblables aux treillis militaires qui ont été donnés aux réfugiés des camps de Nduta et de Mtendeli, dans l’ouest de la Tanzanie, ainsi qu’aux membres de la communauté hôte vivant à proximité des districts de Kibondo et de Kakonko.

Le retrait de ces militaires s’inscrit dans la mise en application de la résolution 2431 du conseil de sécurité des Nations-Unies et du 27ème sommet de la coordination militaire des opérations de l’union africaine en Somalie. Ce dernier demandait le retrait de mille militaires burundais du contingent Amisom jusqu’au 28 Février 2019. Une décision qui avait été protestée par le gouvernement burundais.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2019 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 248 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha