Recherche

Plus de tente personnes ont été assassinées au cours du mois de février

Des cas de disparitions forcées signalées au camp de Mtendeli

mercredi, 20 février 2019 06:04
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La disparition répétitive des réfugiés de Mtendeli inquiète beaucoup les burundais qui y ont trouvé refuge. Arrêtés par les policiers les heures avancées de la nuit, certains réfugiés burundais restent introuvables.

Samedi dernier, au moins trois réfugiés burundais du camp de Mtendeli ont été arrêtés les heures avancées de la nuit. Selon leurs familles, depuis cette nuit, personne ne les a plus revus. « Samedi vers minuit, ils ont arrêté 3 burundais, dont un homme d’une cinquantaine d’années. Et deux heures après, d’autres réfugiés burundais ont été appréhendés par les mêmes personnes. Les membres de leurs familles et les responsables du camp ont essayé de se renseigner pour connaître le lieu de leur détention, mais sans succès. Ils sont introuvables, même au cachot de ce camp de Mtendeli. »

 

Autre fait inquiétant pour ces réfugiés, poursuit notre source, c’est que ce n’est pas la première fois que cette pratique opère dans ce camp. Ici, un des réfugiés donne l’exemple d’un burundais enlevé par un des chefs de village avant d’être ramené au camp en piteux état car ayant été soumis à la torture. « La situation que nous vivons nous inquiète beaucoup. Dernièrement, il y a un autre réfugié qui a été arrêté par un chef de son village. Il a été sérieusement tabassé. D’un moment à l’autre, il peut succomber à ses blessures. Nous déplorons cette situation et demandons que notre sécurité soit assurée. » 

 

Les réfugiés du camp de Mtendeli demandent que ces arrestations s’opèrent au moins pendant la journée pour qu’ils puissent mieux identifier les auteurs et savoir à qui s’adresser une fois la personne arrêtée portée disparue. « Nous demandons que toute personne suspectée soit arrêtée pendant la journée, pour que sa famille sache l’endroit où elle a été conduite. Comme ça, la police ne pourra plus nier son implication, surtout que les victimes sont emmenées au bord des véhicules de la police. »

Lu 425 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2019 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 394 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha