Recherche

Amakuru yo ku wa 20 Munyonyo 2019

Journal du 20 Novembre 2019

Un militaire à la retraite de la colline Gitwe, commune Matongo en province Kayanza a été arrêté par des militaires ce mardi 18 novembre. Ces derniers l’ont arrêté avec une autre personne membre du parti CNL. Leurs familles ainsi que leurs voisins indiquent qu’ils ne savent pas le lieu de leur détention et demandent aux administratifs de cette localité de les aider à retrouver les leurs.

Le responsable des Imbonerakure en commune Murwi de la province Cibitoke vient de passer cinq jours en détention accusé de tentative d’assassinat à l’endroit du représentant du parti Cndd-Fdd dans cette même commune de Murwi. Pour le moment, il est incarcéré au cachot de la documentation de cette commune où il serait dans un état critique suite aux actes de tortures dont il a fait l’objet depuis sa capture.

Arrestation massive au sein de la communauté des réfugiés burundais exilés dans le camp de Nduta situé en Tanzanie. Ces arrestations effectuées par la police tanzanienne visent les réfugiés se trouvant à l’extérieur du camp pour diverses raisons. Ceux qui ont été relâchés témoignent que la maison de détention abrite un grand nombre de réfugiés burundais et qu’ils subissent des tortures.

Quatre membres du parti CNL de la zone et commune Ruyigi de la province Ruyigi sont détenus au commissariat de la commune Ruyigi dans un état critique. Ils ont été emprisonnés le samedi 02 novembre après avoir été grièvement blessés par les membres du parti au pouvoir Cndd-Fdd. Ils sont tous accusés de s’être battu avec les membres du parti Cndd-Fdd.

Un détenu de la prison de Rumonge a été torturé par les chargés de la sécurité qui se trouvent être ses codétenus. Actuellement, il est dans un état critique car les autorités de cette maison carcérale lui ont refusé la permission d’aller se faire soigner à l’extérieur de la prison.

L’intolérence politique s’intensifie

mardi, 05 novembre 2019 05:04

Cinq membres du parti CNL de la colline Buruhukiro, zone Rusengo de la commune et province de Ruyigi ont été tabassés par des jeunes Imbonerakure. Ces derniers voulaient perturber les activités d’ouverture de la permanence du parti CNL sur cette colline.  

Les intimidations et harcèlements contre les réfugiés burundais sur le sol tanzanien  prennent de plus en plus de l’ampleur. Les autorités  policières et militaires de ce pays menacent d’user de la force pour les contraindre au rapatriement.

L’organisation Human Rights Watch donne un chiffre compris entre 200 et 300 demandeurs d’asile burundais qui ont été contraints par les autorités de quitter la Tanzanie le 15 octobre dernier. Selon Human Rights Watch, le Haut-Commissariat des Nations Unies n’a pas, non plus, fait correctement son travail.

La Tanzanie a bel et bien usé de pression pour contraindre les burundais réfugiés sur son sol à retourner au pays chez eux. Tel est du moins le constat fait par le HCR. Dans un rapport rendu public ce 28 octobre 2019, cette ONG Onusienne regrette également le fait qu’elle n’a même pas le droit de s’approcher de ces réfugiés comme elle le voudrait pour s’enquérir de leur situation.

Une écolière succombe à la chicote

mercredi, 30 octobre 2019 20:30

Une écolière de l’école fondamentale Carama est morte ce lundi 28 octobre 2019 suite aux coups de bâtons lui infligés par sa maitresse qui, après le forfait, s’est volatilisée dans la nature. Pour le moment, deux responsables dudit établissement, dont la directrice, sont pour le moment entre les mains de la police pour raisons d’enquêtes.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2019 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

21 novembre 2019

Press releases from Africa-Neswroom.com

Qui est en ligne?

Nous avons 64 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha