QUI SOMMES- NOUS?

Depuis le 5 Mars 2001, Radio Publique Africaine (RPA) a conquis ses lettres de noblesse dans le paysage médiatique burundais. Pour le moment, elle couvre tout le territoire burundais sauf les provinces méridionales de Bururi et Makamba. Ses ondes balaient également le Rwanda, l’Est de la RDC et à l’Ouest de la Tanzanie.

 Fidèle à sa vocation de Radio communautaire, de « voix des sans voix », la RPA pratique le journalisme de proximité en s’approchant des communautés.

 La Radio Publique Africaine (RPA) a œuvré pour la réussite du processus de paix au Burundi en favorisant une approche de dialogue. Aujourd’hui, dans un contexte de reconstruction du pays, son rôle de sensibilisation et d’information des communautés est plus que jamais essentiel.

 L’antenne nationale de la RPA est dotée d’un réseau de correspondants locaux, et d’émetteurs avec ses quatre fréquences 93.7 MHZ à Bujumbura, 107.1 MHZ sur l’ensemble du territoire, 89.4 MHZ à Mutumba dans la région nord frontalière avec le Rwanda et 92.6 MHZ à Birime à l’Est du pays.

 Les émissions sont diffusées principalement en 3 langues (kirundi, français et swahili) et quelques langues régionales frontalières, notamment les langues parlées à l’Est de la République Démocratique du Congo et au Rwanda.

Bien plus, le 5 Mars 2006, une station régionale à vocation communautaire, R.P.A- Ngozi,a été ouverte à Ngozi (Nord). Outre les quatre provinces septentrionales (Kayanza, Kirundo,Muyinga et Ngozi), la R.P.A- Ngozi couvre une partie des provinces de Gitega, Karuzi,Muramvya et Mwaro ainsi que le Sud du Rwanda.

 Grâce à son journalisme de proximité, la RPA n’a pas tardé à devenir la plus populaire. Entémoignent les résultats d’une étude d’audience commanditée par l’Institut Panos Paris en 2008, 2009, 2010, 2011, 2012 et 2014, la R.P.A est la radio la plus écoutée au Burundi.

Elle s’est investie en amont par la défense des groupes vulnérables (domestiques, femmes battues, paysans spoliés, taxi- vélos, orphelins et prisonniers) mais également en aval quand elle a œuvré pour la réussite du processus de paix au Burundi en favorisant une approche de dialogue à parité entre les parties hier antagonistes. Aujourd’hui, dans un contexte de reconstruction du pays, son rôle d’information et de conscientisation des communautés est plus que jamais essentiel.

 

Quelques hauts faits d’armes journalistiques de la R.P.A

 Au plus fort de la guerre, elle a encouragé la participation d’un dialogue entre les gouvernements issus des coups d’Etat et les groupes armés.

Elle a accompagné tout le processus des accords de paix d’Arusha.

Elle est devenue le porte- étendard des droits des sans voix énumérés ci- haut.

 Elle a médiatisé tous les cas du moindre au plus grave des droits humains.

 Elle a dénoncé sans cesse les cas de corruption et de malversations économiques.

 

Singularité de la R.P.A

 Elle a fait une enquête sur les circonstances de la mort du dernier roi burundais commanditée par un crime d’Etat.

 Elle a démontré comment l’assassinat du Représentant de l’O.M.S au Burundi, le docteur Kassy Manlan ne relevait pas d’un crime crapuleux mais qu’il était plutôt téléguidé par le sommet de l’Etat. Grâce à cette action, les auteurs du crime ont été condamnés puis libérés à cause d’un marchandage occulte entre le pouvoir NKURUNZIZA et les commanditaires.

 Elle a déjoué le montage d’une tentative de coup d’Etat qui aurait été ourdi par l’ancien Président, Domitien NDAYIZEYE et son Vice- Président, Marie- Alphonse KADEGE. Ces deux personnalités ont été finalement libérées.

 Elle a fait des enquêtes de prévention en sauvant cent personnes destinées à être exécutées par le Président des F.N.L, Agathon RWASA.

 Des milliers de ménages spoliés de leurs propriétés à Nyabugete dans les terres riveraines du Lac Tanganyika ont été réhabilités dans leurs droits.

 Des anciens jeunes miliciens téléguidés par des politiciens cyniques et condamnés pour des crimes de sang ont bénéficié des mêmes droits que les anciens membres des groupes armés taxés de prisonniers politiques et ont été finalement libérés grâce au lobbying médiatique de la R.P.A.

 Elle a identifié les auteurs et les commanditaires de l’assassinat d’Ernest MANIRIMVA, un grand activiste de la société civile, un crime qu’elle a qualifié d’Etat.

Elle a documenté d’autres crimes d’Etat, des exécutions extra- judiciaires par une trentaine de corps ligotés et jetés dans les rivières des membres des F.N.L et un montage de massacres des civils à Gatumba qu’il fallait faussement charger à certains politiciens de l’opposition pour les disqualifier.

 Cette action de dénonciation des exécutions extra- judiciaires a été relayée par des rapports et des protestations officielles des Nations- Unies et des Ongs internationales.

 La radio a joué un grand rôle dans la médiatisation du contentieux électoral en documentant des cas de fraude.

La R.P.A s’est impliquée dans un plaidoyer pour la mise en place d’un dialogue inclusif ONU- Gouvernement- Opposition et société civile pour l’adoption d’une feuille de route comme balise du processus électoral de 2015

 A cet effet, la R.P.A poursuit son action en privilégiant dans sa programmation 5 domaines d’intervention :

 Bonne gouvernance, Justice et Droits de l’homme

 Economie et Société

 Agriculture et Environnement

 VIH/SIDA et Santé

 Sport et Culture

 Last but not least, la R.P.A dans ce sens est la seule radio qui anime la seule émission humoristique très appréciée du public chaque dimanche.

 Actuellement, des thèmes fondamentaux méritent une attention particulière

 La promotion du dialogue politique et le respect des libertés fondamentales

 Le rapatriement des réfugiés et la réinstallation des déplacés

 Les conflits fonciers

 La démobilisation et la réintegration

 Les enjeux du genre

 Les changements climatiques

 La justice et l’impunité

 

La R.P.A ne navigue pas à vue. Dès son commencement, elle s’est dotée d’une vision et des missions :

 Sa vision :

 La Radio Publique Africaine veut œuvrer pour une société juste, solidaire, sans violence et prospère.

 Ses missions :

 Promouvoir plus de justice et d’égalité, surtout en faveur des sans voix, plus de tolérance et de solidarité.

 Promouvoir auprès des gouvernants et des citoyens la redevabilité dans la gestion de la chose publique

 Contribuer à la promotion d’un citoyen libre, conscient et respectueux de ses devoirs,attaché à ses droits et à ceux d’autrui.

 Stimuler l’exercice de la liberté d’expression chez les Burundais.

 

Après plus dix années de bons et loyaux services à la communauté en général et aux sans voix en particulier, la R.P.A compte s’engager davantage dans ce combat. Même si elle doit compter en grande partie pour son fonctionnement sur la solidarité nationale et internationale, grâce à son audience, elle engrange le peu de publicité, de communiqués et d’annonces en provenance de ses clients.

 Elle s’est enfin engagée à vouloir se doter d’un immeuble, une ambition en perspective et qui mérite un appui substantiel.

Publicité

TAARIFA YA HABARI YA 26/04/2015

Qui est en ligne?

Nous avons 202 invités et aucun membre en ligne