PARCEM pas du tout satisfaite de la lutte contre la corruption au Burundi

mardi, 26 août 2014 16:07
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Faustin Ndikumana, président de la PARCEM Faustin Ndikumana, président de la PARCEM

« La politique de tolérance zéro aux actes de corruption et de malversations économiques annoncée par le chef de l’Etat, il y a 4 ans lors de son investiture est un véritable échec. » C’est le constat du président de l’ONG locale PARCEM dans un point de presse animé ce mardi. Selon Faustin Ndikumana, des multiples raisons militent pour cette position. Le président de la PARCEM indique que cette pratique de corruption à grande échelle cause d’énormes pertes au Burundi car les institutions de Bretton Woods exigent certaines conditionnalités pour financer des projets de développement.   

Lu 3189 fois

Publicité

TAARIFA YA HABARI YA 26/04/2015

Qui est en ligne?

Nous avons 253 invités et aucun membre en ligne