Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

 

Depuis un certain temps, une confusion est entretenue autour du terme « acteurs politiques » et leurs places dans le processus électoral. Ce terme est aujourd’hui utilisé par plusieurs officiels pour distinguer les responsables des partis politiques reconnus par le pouvoir et les hommes politiques à la tête des partis politiques non reconnu par le ministère de l’Intérieur. Aujourd’hui ces acteurs politiques, sans partis politiques reconnus par le pouvoir, se disent exclus de ce processus électoral, alors que le terme acteur politique concerne toute personne qui a un rôle dans la politique, selon le dictionnaire.

 

Le terme acteur politique dans la sphère politique burundaise a commencé à être utilisé au mois de mars 2013. A ce moment, le bureau des Nations Unies au Burundi et le gouvernement burundais avaient organisé un atelier sur le processus électoral au Burundi avec comme thème : « Enseignement et perspectives ». Cet atelier coïncidait avec le retour d’exil de certains hommes politiques dont Alexis Sinduhije, Pascaline Kampayano et Pancrace Cimpaye. Lors de cet atelier où la feuille de route a été adoptée, le président de la Commission électorale nationale indépendante, Pierre Claver Ndayicariye s’est réjouit de la présence de tous ces acteurs politiques sans distinction. Quelques mois après, lors de l’atelier du 27 au 29 novembre 2013 sur l’évaluation de la mise en œuvre de la feuille de route, tous les participants avaient recommandé au 18ème point d’assurer je cite : « Une participation inclusive de tous les représentants des partis politiques et acteurs politiques dans les commissions électorale provinciales et communales, CECI et CEPI. Le même engagement revient dans les principes généraux pour la bonne conduite des élections de 2015 signés le 9 juin 2014 par le ministre de l’Intérieur et tous les acteurs politiques.

Toutefois, il apparaît qu’une distinction a commencé à s’opérer dans l’usage du terme acteur politique désignant depuis quelques mois les hommes politiques à la tête des partis politiques non reconnus par le pouvoir. Ainsi, le président de la CENI, Pierre Claver Ndayicriyea déjà opéré un changement de langage en déclarant il y a une semaine que ces acteurs politiques ne peuvent être associés dans la composition des CEPI et des CECI.

Aujourd’hui une certaine opinion s’interroge si le terme acteur politique n’a pas été introduit avec pour but d’exclure certains leaders politiques alors que ce terme désigne généralement toute personne qui fait de la politique selon le dictionnaire.

Le parti UPD-Zigamibanga de Chauvineau Mugwengezo s’insurge contre la CENI qui ne consulte pas tous les acteurs politiques. Cela a été

Des chicanes risquent d’éclater au sein du parti CNDD-FDD dans la province de Cibitoke. Les membres de ce parti commencent à se constituer en des groupuscules. Ces militants se rangent derrière tel ou tel selon son influence au niveau provincial. Le tout tourne autour du positionnement pour les élections de 2015.

Deux poids lourds à la province Cibitoke se disputeraient les têtes de listes du parti à l’aigle. Il s’agit d’Alexis Barekebavuge et

« L’église catholique burundaise estime que le processus électoral doit être bien mené et sans aucune exclusion. » Déclaration de Monseigneur Gervais Banshimiyubusa après que le président de la CENI ait annoncé que les acteurs politiques sans partis politiques ne seront pas consulté pour la mise en place des CEPI et CECI. A propos de leur représentation dans ces organes, le Conseil national des évêques catholiques du Burundi fait savoir qu’ils ne se sont pas encore prononcés sur leur représentation ou nom.  Une interview menée par nos confrères de la radio Bonesha FM.

L’ancien président de la république Domitien Ndayizeye vient d’être exclu du parti Sahwanya FRODEBU. Une décision qui tombe un mois et demie après sa suppression par la direction du parti. L’annonce a été faite ce lundi matin dans une conférence de presse par

Neuf des partis et acteurs politiques signataires des principes généraux pour la bonne conduite des élections de 2015 ont saisi ce jeudi le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante « CENI ». Dans la correspondance lui transmise avec

Les jeunes de l’AJDC affiliés à la coalition de l’opposition ADC-Ikibiri dénoncent la volonté du ministre de l’Intérieur de vouloir démanteler l’ADC-Ikibiri. Selon Patrice Gahungu, porte-parole de l’AJDC, cette manœuvre passe par la création du nouveau parti dénommé APDR dont les militants affirment qu’ils se sont désolidarisés de l’ADC-Ikibiri. Il demande au ministre de l’Intérieur d’être au dessus de la mêlée et de laisser les partis politiques s’organiser librement.

Jean Claude Hatungimana, assistant du ministre du Développement communal, est le nouveau représentant du parti UPRONA à

C’est aujourd’hui qu’était prévue la distribution de la carte d’identité au chef-lieu des zones de la commune Rumonge. Cette décision a été prise au moment où certains dirigeants des partis politiques de cette commune avaient dénoncé des cas de tricherie dans la distribution de ces pièces d’identité. Des étrangers et des enfants n’ayant pas l’âge minimum ont reçu ces cartes.

Les militants du parti UPRONA pro-Nditije en commune Kirundo ont été tabassés ce dimanche matin par la police pour les empêcher d’accéder à la permanence de ce parti. Ils avaient prévus une réunion au niveau communal. La police cherchait à récupérer la permanence pour une autre réunion du comité provincial de l’UPRONA, aile Concilie Nibigira, président du parti UPRONA reconnu par Edouard Nduwimana.    

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 150 invités et aucun membre en ligne