Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Le président Melchior Ndadaye, pionnier de la démocratie au Burundi

mardi, 21 octobre 2014 15:14
Évaluer cet élément
(4 Votes)

Le Burundi commémore ce mardi le 21ème anniversaire de l’assassinat du président Melchior Ndadaye, premier chef d’Etat démocratiquement élu en juin 1993. Melchior Ndadaye a été assassiné par des militaires lors d’un putsch dans la

nuit du 20 au 21 octobre 1993, où des proches collaborateurs du président ont aussi été tués.

Les cérémonies de commémoration ont débuté par une messe à la cathédrale Regina Mundi où ont pris part les plus hautes autorités du Burundi dont le chef de l’Etat Pierre Nkurunziza.

Dans son homélie, l’archevêque de Bujumbura, Monseigneur Evariste Ngoyagoye, a demandé aux Burundais de rester unis malgré leurs différences ethniques et les convictions politiques de chacun.

La veuve du président Melchior Ndadaye, Laurence Ndadaye, était également présente à la messe. Après la messe, les cérémonies se sont poursuivies au Palais des Martyrs ou sont enterrés le président Ndadaye et ses proches collaborateurs.

Ceux qui ont côtoyé le président Melchior Ndadaye n’ont pas manqué à rappeler  l’objet de sa lutte. Pour le sénateur Sylvestre Ntibantunganya, le Burundi a eu les premières institutions démocratiques grâce au président Melchior Ndadaye. Selon cet ancien président de la république, le président Ndadaye s’est beaucoup donné pour que le Burundi accède à la démocratie. Cet ancien chef de l’Etat demande à la classe politique burundaise de s’auto-évaluer en revisitant le discours du président Ndadaye lors de son investiture avant de se réclamer héritiers du héros de la démocratie.

La société civile quant à elle reste sur sa soif de connaître les commanditaires de l’assassinat du président Melchior Ndadaye : « L’assassinat du président Melchior Ndadaye de même que les crimes qui ont suivi cet assassinat et ceux commis avant ne doivent pas restés impunis. Tous ces assassinats liés à l’histoire du Burundi devraient être résolus par un tribunal international. C’est l’avis du président de l’association « Espoir pour la Promotion du Leadership ». Pascal Irariha estime également que les transitions politiques au pouvoir peuvent éviter que de tels crimes se répètent.

Même son de cloche chez l’association FOCODE. 21 ans après l’assassinat du président Melchior Ndadaye, tous les régimes qui se sont succédé au pouvoir n’ont jamais établi la lumière sur les circonstances de sa mort. Tels sont les propos tenus par le président du FOCODE. C’était lors d’une conférence de presse qu’il a tenu hier lundi. D’après Pacifique Nininahazwe, tous ces régimes se sont embourbés dans d’autres crimes graves, d’où ils ont peur d’ouvrir la boite de pandore.

Le long processus de démocratisation du Burundi débuté par le président Melchior Ndadaye n’est pas compris de la même manière. En commune Rumonge, le premier secrétaire du parti UPRONA pro-Charles Nditije n’a pas été autorisé à déposer une gerbe de fleurs sur le monument de Melchior Ndadaye. Cette tendance de l’UPRONA n’a pas été représentée aux cérémonies de commémoration du 21ème anniversaire de l’assassinat du héros de la démocratie. L’administrateur communal de Rumonge l’ayant empêché d’y participer.   

Lu 2621 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 347 invités et aucun membre en ligne