Ingérence dans le travail de la justice dans l’affaire de l’assassinat du père du Général Ndirakobuca

vendredi, 12 septembre 2014 16:58
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Richard Nimubona, chargé de la protection des droits de l’homme dans les prisons à l’APRODH Richard Nimubona, chargé de la protection des droits de l’homme dans les prisons à l’APRODH

L’association APRODH demande la libération immédiate des 3 membres de la famille d’Anselme Ntahondereye à Bukinanyana en province Cibitoke. Il s’agit de cet homme condamné par le Tribunal pour le meurtre du père de Gervais Ndirakobuca, chef de cabinet au Service national de renseignement. Le Tribunal de grande instance de Cibitoke avait pourtant décidé leur libération, mais la police a aussitôt arrêté pour la seconde fois ces 3 personnes.

Ces trois personnes ont été arrêtées par la police à Cibitoke, il y a plus de 3 semaines. Ils étaient présumé coupables de

complicité dans l’assassinat du père du Général Gervais Ndirakobuca. Un certain Anselme Ntahondereye, de la même famille que ces 3 prisonniers, a enfin affirmé avoir commis cet assassinat et la justice l’a condamné à 20 ans de prison ferme. Ce mardi, la justice avait libéré les 3 personnes mais la police a de nouveaux procédé à leur arrestation. Ce qui est très étonnant, déclare Richard Nimubona, chargé de la protection des droits de l’homme dans les prisons à l’APRODH. Les défenseurs des droits de l’homme dans cette association réclament la libération de ces membres de cette famille non coupable car la loi pénale précise que la faute est individuelle et personne ne peut répondre des actes commis par une autre personne même proche que ce soit. Nous avons essayé de contacter le procureur de la république en province Cibitoke sur cette ingérence dans le travail de la justice mais ce dernier disait être en réunion. Des informations qui nous parviennent, les juges qui ont

Lu 3226 fois

Publicité

TAARIFA YA HABARI YA 26/04/2015

Qui est en ligne?

Nous avons 133 invités et aucun membre en ligne