Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Bujumbura pointé du doigt par des experts de l’ONU comme complice du recrutement et armement des éléments armés contre Kigali se trouvant au Sud-Kivu, en RDC

vendredi, 04 janvier 2019 06:02
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Les témoignages recueillis par les experts des Nations-Unies auprès des anciens combattants du mouvement dit ‘’Groupe de Kayumba Nyamwasa” font savoir que le recruteur principal de ce mouvement réside à Bujumbura et qu’au cours de l’année 2018, des armes et munitions dudit mouvement leur sont parvenus en provenance du Burundi à trois reprises, comme marqué dans le rapport de mi-parcours envoyé au président du conseil de sécurité en Décembre dernier.

Rashid est le nom de ce recruteur principal qui habite à Bujumbura. Selon ce rapport de mi-parcours de ces experts onusiens, tous les recrus doivent d’abord se rendre à Bujumbura pour rencontrer le recruteur principal connu également sous les appellations de ‘’Sunday’ ’ou ‘’Sounde Charles’’.

 

Les témoins de ces experts sont au nombre de 12 et sont tous des ex-combattants de ce mouvement dénommé P5 ou ‘’Congrès national du Rwanda’’ ou encore ‘’Groupe de Kayumba Nyamwasa’’. Ils affirment que c’est le même Rashid qui paie les frais de transport des recrus qui se rendent à Bujumbura avant de les envoyer rejoindre le quartier général du mouvement se trouvant dans la forêt de Bijombo, au Sud-Kivu en RDC. Selon les mêmes témoignages, ils quittent le Burundi par le lac Tanganyika ou la rivière Rusizi.

 

Les mêmes témoins des experts onusiens qui enquêtent sur la RDC ont révélé que l’appui logistique du mouvement provient du Burundi. Presque chaque mois, des médicaments et de la nourriture leur sont donnés en provenance du Burundi. Du Burundi leur parvient également des armes, des munitions, des bottes et des uniformes.

 

Ces témoins, à majorité de nationalité burundaise, rwandaise et ougandaise ont précisé en septembre de l’année 2018 que le dernier approvisionnement en armes, en provenance du Burundi, leur était parvenu en juin 2018 via la province Rumonge. D’autres armes leur avaient été données en février et en avril, toujours en provenance du Burundi et transportées dans des pirogues via le lac Tanganyika.

 

Selon ces témoins qui ont fait défection, le commandant du mouvement s’appelle Shaka Nyamusaraba. S’entretenant personnellement avec tous les recrus, le commandant identifie le groupe comme étant celui de ‘’Kayumba Nyamwasa’’ qui a pour ambition de libérer le Rwanda.

 

Mais comme marqué dans ce rapport de mi-parcours envoyé le 18 Décembre 2018 au président du conseil de sécurité de l’ONU, ces ex-combattants ont précisé qu’ils n’ont jamais attaqué le Rwanda, mais qu’ils s’étaient battus avec des groupes rebelles burundais actifs dans les territoires de Fizzi et d’Uvira, à savoir le FNL d’Aloys Nzabampema et le Red-Tabara ainsi que les Maï-Maï.

Lu 1225 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2019 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 279 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha