Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Libération ce mercredi du premier secrétaire du syndicat du personnel de la SOBUGEA

jeudi, 05 juillet 2018 21:37
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le personnel de la SOBUGEA se réjouit de la libération de leur confrère qui venait de passer cinq jours en détention. Toutefois, les agents de ladite entreprise ne lâchent pas prise. Si les sanctions prises contre deux de leurs syndicalistes ne sont pas annulées, la grève aura bel et bien lieu comme prévu.

Amissi HAKIZIMANA, premier secrétaire de ce syndicat du personnel de la SOBUGEA, avait été arrêté par le Service national de renseignement le 29 du mois dernier de Juin, pour des raisons jusqu’ici inconnues par ses collègues.

 

Le syndicaliste Amissi HAKIZIMANA est aussi un des deux syndicalistes suspendus par le Directeur Général de la SOBUGEA. Depuis le 22 Juin, il est en suspension de 15 jours et sa collègue Mireille HARERIMANA est suspendue pour 10 jours à compter du 28 du même mois de Juin.

 

L’annulation de ces sanctions reste la condition sine qua non posée par le personnel de la SOBUGEA pour pouvoir suspendre le mouvement de grève déjà annoncé. « A présent, nous exigeons la levée des sanctions. Que les mises à pieds de nos deux syndicalistes soient annulées et après nous pourrons commencer le dialogue. »

 

Ce mouvement de grève débutera lundi prochain le 9 Juillet, si ces conditions ne sont pas respectées.

 

Depuis plus d’un mois, le personnel de la SOBUGEA réclame entre autres une bonne prise en charge médicale par l’employeur ainsi que l’annulation du marché octroyé pour la construction d’un hangar de stock et des logements du personnel de la SOBUGEA, un marché qui, selon ce personnel, cache mal une malversation des fonds de l’entreprise.

Lu 803 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 327 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha