Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Amisom : Menaces contre les dénonciateurs des détournemments

mercredi, 14 février 2018 19:43
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les militaires burundais en mission de maintien de la paix en Somalie dénoncent les actes de menace et d’intimidation qui leur sont infligés de la part de leurs responsables. Ils indiquent qu’après avoir révélé à la Radio Publique Africaine certains cas de détournements faits par les mêmes responsables, ces derniers ont ouvert des dossiers aux présumés auteurs de ces révélations afin qu’ils soient expulsés de leur mission.

Les deux militaires qui sont visés sont Caporal-chef Ngayimbesha, accusé d’avoir vendu des pommes, ainsi que Caporal-chef Bigirimana, reproché d’être en possession d’une boisson prohibée. Au cours d’une causerie morale qui a été organisée ce mardi à l’intention des militaires burundais de la région de Mahdai, Lieutenant-colonel Nshimirimana, a accusé les deux militaires d’être responsables des révélations sur des cas de détournements du carburant et des vivres faits par certains hauts gradés.

 

Pour les militaires qui se sont confiés à notre rédaction, les accusations qui sont portées contre leurs frères d’armes n’ont aucun fondement : « Au lieu de livrer un message tranquillisant et d’essayer de répondre à cette question liée au détournement des vivres et du carburant, Lieutenant-colonel Nshimirimana a accusé les deux militaires d’être responsables des révélations qui ont été diffusées dans le magazine Humura Burundi de la radio RPA ».

 

Pour ces militaires, l’essentiel serait de régler la question des 500 dollars de frais de communication qui ont été suspendus : « Nous affirmons que la suspension des 500 dollars de frais de communication qui étaient destinés aux militaires en mission de maintien de la paix a été à l’origine de ces différents cas de détournements».

 

Les militaires burundais déployés dans d’autres régions de la Somalie affirment que cette question de détournement ne concerne pas seulement ceux de la région de Mahdaii mais qu’elle est plutôt généralisée : « Le problème est partagé. On parle partout des cas de détournement, du sommet à la base. Chaque responsable grignote une certaine quantité de ce qu’il est chargé de gérer. L’exemple typique est celui des dernières livraisons de provisions. Aucun officier de liaison ici au contingent n’a donné un rapport pour montrer s’il s’agissait des livraisons de la 2ème quinzaine du mois de janvier ou s’il s’agissait des livraisons de la 1ère quinzaine du mois de février».

 

Ce qui inquiète le plus ces militaires burundais, c’est que leur responsable à savoir Lieutenant-colonel Nshimirimana met en avant les menaces et les actes d’intimidation à l’endroit des présumés responsables des révélations qui fâchent au lieu de se focaliser sur le fond du problème : « Il a procédé aux actes d’intimidation. Il a bien précisé que ceux qui seront attrapés en train de révéler aux médias quoi que ce soit seront vite rapatriés au Burundi et a souligné que le véhicule du service de renseignement est toujours garé au camp de Gakumbu pour les embarquer vers la prison centrale de Mpimba ».

 

Ces militaires burundais en mission de maintien de la paix demandent au gouvernement de cesser d’usurper de leurs soldes. Au cas contraire, ils demandent à l’Union Européenne de tout faire afin que leurs indemnités ne transitent plus par la Banque de la République du Burundi.

Lu 245 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 628 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha