Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Rumonge : Des transporteurs empruntant la route Bujumbura-Rumonge se plaignent de payer une 2ème taxe inconstitutionnelle

mercredi, 14 février 2018 01:52
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Depuis la création de la province Rumonge, une taxe de développement provincial allant de 1.000 à 2.000 franc burundais est exigée. Cette taxe concerne tout transporteur de véhicule qui emprunte la route nationale passant au chef-lieu de la commune et province Rumonge. Toutefois, les transporteurs trouvent injuste cette taxe et demandent qu’elle soit supprimée.

Les informations en provenance de la Province de Rumonge disent que depuis sa création, il y a eu une nouvelle taxe sur les transporteurs. Cette taxe qui n’existait pas avant, concerne les transporteurs qui empruntent la route nationale qui passe par le chef-lieu de la commune Rumonge.

 

Les transporteurs considèrent cette nouvelle taxe comme injuste et illégale. Ils ne comprennent pas pourquoi ils sont contraints de payer cette taxe alors qu’ils en payent une autre à l’Office Burundaise des Recettes ‘’OBR’’ : « On a érigé une nouvelle barrière depuis la création de la province Rumonge et on y perçoit une taxe. Quand nous avons demandé le bien fondé de ces taxes, ils nous répondent que c’est pour le développement de la nouvelle province de Rumonge. Est-ce qu’on a créé une Province sans avoir des moyens pour la développer ? Nous ne sommes pas des natifs de Rumonge, mais nous avons des véhicules de transport qui traversent la ville de rumonge en provenance des autres provinces. Ils nous exigent de payer ces frais. Pour une voiture, on paie 1.000 franc, alors que ceux qui ont des camions paient 2.000 franc. Pourtant, nous avons des documents nécessaires notamment pour l’impôt, le contrôle technique, l’assurance. C’est insensé de payer encore pour une province ! Cette taxe est inconstitutionnelle », se plaint un transporteur.

 

Selon ces transporteurs, il s’agit des magouilles qui s’opèrent dans la province de Rumonge. Ils craignent qu’une telle pratique soit instaurée dans d’autres circonscriptions

 

« Nous traversons plusieurs provinces. Qu’adviendrait-t-il si à Gitega on nous exigeait 2.000 franc, comme à Makamba, Rutana, Muramvya ou dans d’autres provinces? Cela veut dire que par jour on paierait beaucoup d’argent alors que les frais de tous les documents nécessaires sont préalablement payés à l’OBR dans le département des impôts. Je ne comprends pas donc pas comment on nous exige de payer d’autres frais supplémentaires pour le développement de la province », se fâche un propriétaire de véhicule de transport qui emprunte la route Bujumbura Rumonge.

 

 

Lu 446 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Press releases from Africa-Neswroom.com

Qui est en ligne?

Nous avons 239 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha