Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Nyarugusu : La sécurité des réfugiés menacée par le banditisme perpétré par des groupes organisés

mercredi, 10 janvier 2018 09:51
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La sécurité a été perturbée ce lundi 8 Janvier 2017 au camp de Nyarugusu en République Unie de Tanzanie. Un groupe de bandits, dont un policier, est allé voler dans un ménage d’un réfugié congolais. Ce dernier a été blessé, ce qui a provoqué la colère des réfugiés congolais qui ont manifesté ce mardi 9 janvier dans la matinée. La police a lancé des gaz lacrymogènes et tirer à balles réelles pour disperser les manifestants.                   

Les informations recueillies au camp de Nyarugusu en Tanzanie disent que c’était vers 20 heures de ce lundi quand un groupe de bandits dont un policier tanzanien est allé voler dans le ménage d’un réfugié congolais. Ils auraient pris une somme de plus de 800.000 shillings tanzaniens et 400 dollars. Ce congolais qui est commerçant a été blessé par ces bandits. Les autres réfugiés sont venus au secours de leur voisin. Un parmi ces voleurs aurait été attrapé mais par après a pris le large en laissant sa chemise. Les policiers chargés de la sécurité au camp sont venus intervenir pour secourir celui qui était dans les mains de ces réfugiés : « Ce lundi soir vers 20 heures, les policiers sont allés voler dans un ménage d’un congolais. Ils lui étaient familiers car ils venaient souvent regarder les matchs chez lui. Ils ont volé 800.000 mille francs et 400 dollars américains.  Ce congolais est commerçant. Ils l’ont blessé et ont pris le large. Les congolais ont essayé de poursuivre ces bandits qui étaient en tenue civile. L’un des bandits qui est aussi un policier a été attrapé. Après, les policiers qui étaient dans les parages sont venus sauver le leur », témoigne un réfugié du camp de Nyarugusu.

 

Ce mardi matin, le climat était très tendu dans ce camp de NYARUGUSU car, les réfugiés congolais ont manifesté leur mécontentement et la police a lancé des gaz lacrymogènes et a tiré à balles réelles pour disperser les manifestants.  Aucune activité n’a été faite ce matin et les réfugiés congolais, pris de colère, ont pillé tous les stocks.

 

« Il y a eu pas mal des dégâts. Les motos ont été endommagées. Si on t’attrapait étant sur une moto, on te frappait sérieusement. Si tu étais un homme, on t’emmenait dans un cachot. Les réfugiés étaient très en colère et ont vidé tous les stocks. Ils ont tout pillé.  Le climat n’est pas bon au camp. Les gens sont dispersés, et les autres se sont cachés. Les policiers eux aussi sont en colère», relate un témoin oculaire.

 

La police chargée de la sécurité dans cette localité indique que les enquêtes sont en cours, mais rejette toutefois la version disant que parmi les bandits, il y aurait un policier.

 

Dans ce camp de Nyarugusu en Tanzanie, dans moins de deux semaines, un autre groupe de bandits aurait volé une somme d’argent dans un ménage d’un réfugié congolais.

Lu 676 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 231 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha