Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Les Directeurs d’écoles de la commune Mutaho se remplissent les poches sur le dos des parents

mercredi, 29 novembre 2017 06:45
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Les parents des écoliers et élèves de la commune MUTAHO dénoncent les détournements opérés par les chefs d’établissements scolaires. Ces derniers perçoivent de l’argent pour, disent-ils, la bonne marche de leurs établissements. Toutefois, ces parents trouvent qu’il s’agit d’une pure mauvaise gouvernance au moment où ils se trouvent dans la pauvreté sans nom.

Ce sont quatre établissements scolaires de la commune MUTAHO qui sont indexés dans ces détournements. Des sommes exorbitantes sont exigées à chaque écolier et élève : « Les écoles qui battent le record dans cette escroquerie sont entre autre l’école de GATABATABA et son extension à KIVOGA. A partir de la 1erannée jusqu’en 6eme, on donne 1500 BIF par écolier et par trimestre. De la 7eme à la 9ème année, on donne 5000fr par trimestre. Plus grave encore, à l’école MUZENGA, chaque élève donne 15600 BIF par trimestre. En fait je dirais que le banditisme est exagéré dans le secteur de l’éducation en commune MUTAHO », se plaint un des parents.

 

Notre source fait savoir que ces détournements seraient effectués par un réseau de responsable dont  l’administrateur de la commune MUTAHO, Denis NIYOMUHANYI, président du comité des parents et le Directeur communal de l’enseignement : « Le comité de l’enseignement en commune MUTAHO dirigé par Denis NIYOMUHANYI administrateur de la commune et Anatole MBAZUMUTIMA, son adjoint qui est même temps directeur communal de l’enseignement, prennent le devant pour extorquer de l’argent aux parents d’élèves tant au primaire qu’au secondaire. Ils expliquent qu’ils veulent acheter du matériel scolaire, l’intéressement des enseignants ou payer les sentinelles qui, normalement sont rémunérés par l’Etat », explique une source à MUTAHO.

 

Les mêmes sources disent qu’on enregistre déjà des abandons scolaires vu que les sommes exigées par les chefs d’établissements sont hors de portée de la population.

 

Nous avons essayé de joindre le Directeur communal de l’enseignement Anatole MBAZUMUTIMA et l’administrateur Denis NIYOMUHANYI, mais sans succès.

Lu 222 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 111 invités et aucun membre en ligne